Fegafoot: les recours Bosco Alaba Fall et Placide Xavier Bourdette rejetés

Bosco Alaba Fall et Placide Xavier Bourdette déboutés © GMT

L’élection de Pierre Alain Mounguengui du 21 avril dernier, vient très certainement de prendre un tournant décisif. Le 7 mai 2018, la commission chargée d’examiner les recours de Bosco Alaba Fall et Placide Xavier Bourdette dirigée par Elie Nazaire Obiang Bekale. Elle les a rejeté, confirmant ainsi la réélection PAM à la tête de l’instance faîtière du sport roi gabonais.

C’est ce qui ressort du communiqué publié par la commission des recours dont le quotidien L’Union a obtenu une copie. Présidée par Elie Nazaire Obiang Bekale, ladite commission a purement et simplement rejeté les recours des candidats Bosco Alaba Fall et Placide Xavier Bourdette, confirmant ainsi l’élection de Pierre Alain Mounguengui à la tête de la Fédération gabonaise de Football.

Lire aussi >> Fegafoot: l’élection de Pierre Alain Mounguengui pourrait être invalidée

En effet, après examen des dossiers, la commission qui a statué au cas par cas, et a reconnu la légalité de la plupart des délégués, à l’exception de ceux des associations des footballeurs, des arbitres et des entraîneurs. Elle a déclaré à propos des délégués votants «irréguliers», que dans la mesure où ils ont voté «à bulletins secret (…) il n’est pas possible de déterminer vers quel candidat a été orienté leur vote afin de l’en déposséder». Elle a ensuite conclu qu’étant au «nombre de trois sur un total de trente cinq votants, leur vote n’a pas été de nature à influencer de manière substantielle l’issue du scrutin».

Réagissant à l’issue de la décision de la commission, Alaba Fall qui n’a pas exclu de saisir à nouveau la FIFA. «Une honte pour notre football», a-t-il déclaré avant de rappeler que «pour les mêmes faits, l’élection de M. Moukagni Iwangou a été annulée dans le temps». Il a conclu en disant que c’était «un hold-up électoral orchestré par les commissions électorales et de recours».

Xavier Bourdette quant à lui s’est dit «surpris par cette décision» avant d’ajouter qu’ «il faut simplement que les gens apprennent à respecter les lois». Pour rappel, les recours introduits par les deux candidats malheureux, portaient essentiellement sur le manque de légitimité de certains délégués.

Laissez votre commentaire