Fegafoot: l’élection de Pierre Alain Mounguengui pourrait être invalidée

Pierre Alain Mounguengui, président de la Fegafoot © GMT

Réélu à la présidence de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), le samedi 21 avril dernier, à Lambaréné dans la province du Moyen-Ogooué, Pierre Alain Mounguengui pourrait voir son élection remise en cause pour de nombreuses raisons, notamment à cause de l’illégitimité de certains délégués des ligues et de trois associations nous apprend ce vendredi le journal Gabon Eco.

Malgré la tenue du scrutin le 21 avril dernier, l’élection du président de la FEGAFOOT continue de passionner les débats et de soulever un certain nombre d’interrogations. La dernière en date concernant «l’illégitimité» des délégués des ligues et des associations ayant pris part au scrutin. De ce fait, trois des principales associations représentatives du football gabonais sont pointées du doigt, il s’agit de l’Association des Footballeurs du Gabon (AFG ), l’Association des arbitres et l’association des entraîneurs, mais aussi les Ligues de Football de l’Estuaire et du Woleu Ntem.

En effet, il est reproché à l’AFG représentée par Hervé Angoue, qui a pris part au scrutin en qualité de premier vice président et dont le bureau a été élu le 21 septembre 2013, de ne plus cadrer avec la durée légale de mandat prévue pour toute association sportive qui est de 4 ans. Il en de même pour l’Association des arbitres représentée par Engone Bibang, et celle des entraîneurs de Raphael Nzamba Nzamba, dont les bureaux avaient été élus les 13 et 28 septembre 2013 sur fonds là encore d’irrégularités et dont la durée de mandat est également expirée;

Outre les associations, de nombreuses irrégularités subsistent au niveau de certaines ligues de football. Ainsi, à moins d’un mois de l’élection du bureau de la Fegafoot, il a été constaté un «jeu de chaises musicales » ayant fait passer certains membres desdites ligues des postes de sécrétaire générale ou trésoriers à ceux de président et vice présidents (postes donnant droit à un vote lors du scrutin selon les dispositions statutaires de la FEGAFOOT dans son article 22). C’est notamment le cas de Franck Diloussa dans la Ngounié, ou encore Sadrick Essono Mounguengui dans l’Estuaire.

Au regard de ces nombreuses irrégularités qui mettent en cause plus d’une dizaine de votants, il est donc plus qu’évident que le scrutin entaché de nombreuses irrégularités, pourrait faire l’objet de recours de la part de certains candidats malheureux. Une chose est certaines néanmoins, on a pas fini d’entendre parler de cette élection.

Laissez votre commentaire