Fegafoot: le processus électoral suspendu

Les cinq candidats à la présidence de la Fegafoot © GMT

Cette information de dernière minute vient de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot). Elle fait suite à la réunion manquée de ce samedi  24 mars 2018 entre la Commission électorale et les différents candidats de ce scrutin dont l’épilogue était prévue pour ce 31 mars à Lambaréné.

L’élection au Comité exécutif de la Fegafoot vient de prendre un autre tournant. Nous apprenons à l’instant du secrétaire générale de cette institution sportive, Gil Ndoume, que l’élection est reportée, «probablement au 21 avril prochain», a-t-il précisé.

Depuis l’annonce de ce report, des réactions fusent de partout. Paul Ulriche Kessany ancien international gabonais a déclaré que «lorsque nous disions qu’il y a violation des textes certains criaient au complot contre le bureau sortant qui a volontairement biaisé le processus électoral. L’incompétence de ce bureau est à son comble».

Pourtant poursuit-il, «l’article 27 du code électoral est clair et donnait la possibilité à la Fégafoot de saisir la Fifa depuis, pour venir mettre en place la commission Électorale. Elle seule avait ce droit, étant donné que le congrès ordinaire du 27 octobre dernier ne l’avait pas fait. Nous finirons par arriver à la normalisation», regrette l’ancien capitaine des Panthères du Gabon.

Le 20 février dernier lorsque le candidat Blanchard Paterne Andoume était montée au créneau en parlant d’une «grossière dérive des textes» et avait appelé à l’annulation de l’élection alors que Bosco Alaba-Fall, lui aussi candidat appelait la Fegafoot au   ressaisissement et au respect des textes. Puis est arrivé ce Congrès extraordinaire du 10 mars 2018 dont certaines dispositions auraient encore été violées, notamment le non-respect du vote par bulletin secret pour le choix des membres de la Commission électorale.

Ce qui avait poussé à Blanchard Paterne Andoume à saisir la Fifa qui a adressé un premier courrier à la Fegafoot le 8 mars puis le 21 mars. La dernière missive de la Fifa dont Gabon Media Time reçu copie et publié, ressemblait déjà à une menace, car l’instance faîtière internationale émettait des réserves sur la légalité de la Commission électorale et du processus de l’élection. Raison pour laquelle, la Fifa a demandé des explications au secrétaire général de la Fegafoot sur les «allégations» de Blanchard Andoume au plus tard ce 24 mars 2018.

Alors que le calendrier électoral réaménagé prévoyait une réunion ce samedi matin entre la Commission électorale et les candidats, puis  l’ouverture de la campagne électorale dès ce soir à 24 heures, les candidats Blanchard Andoume, Jérôme Efong Nzolo et Bosco Alaba Fall se sont retrouvés seuls au siège de la fédération.

Selon GabonAllSport, les quatre candidats ont été rejoints plus tard par le SG de la Fegafoot, ce dernier leur signifiera qu’une réunion d’annulation de la rencontre a eu lieu la veille après l’envoi du courrier à la Fifa. Dans cette correspondance, la Commission électorale aurait proposé la date du 21 avril prochain à la Fédération internationale pour la tenue de l’élection.

En attendant la réaction de la Fifa, tout le processus électoral est suspendu et le candidat Blanchard Paterne Andoume peut se réjouir  pour le moins d’une «première victoire» de son combat pour « le respect des textes ».

Une mauvaise nouvelle pour le Gabon, dont l’image est déjà assez dégradée sur le plan politique, avec des élections souvent contestations. Vivement  que les dieux du sport et ceux du football en particulier, étendent leurs mains du côté de la Fédération gabonaise de football afin de nous éviter le malheureux scénario de 2014 où le politique s’était invité,  en prenant position pour un candidat.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire