Fegafoot/Ike Ngouoni: «La présidence n’a pas de candidat»

Ike Ngouoni Aila Oyouomi, porte-parole de la Présidence de la République © D.R

A déclaré ce vendredi 23 mars 2018, le porte-parole de la présidence de la République, Ike Ngouoni Aila Oyouomi au cours de sa traditionnelle conférence de presse, tenue dans les locaux du Palais du bord de mer, ce matin. Ce dernier, a balayé d’un revers de la main ceux qui disent que la présidence de la République a une préférence particulière pour l’un des cinq candidats au poste de président du Comité exécutif de la Fegafoot.

Il est clair que l’élection à la présidence de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), alimente les débats dans les salons feutrés de notre pays et auprès des observateurs du ballon rond gabonais.  Prévue se tenir se tenir ce 31 mars à Lambaréné, ce scrutin polarise les attentions depuis déjà un mois. Surtout, avec la rumeur persistante qui indique que la présidence de la République aurait candidat.

Au cours de sa conférence de presse, le porte parole de la présidence de la République Ike Ngouoni Aila Oyouomi à tenter de taire cette rumeur qui enfle de jour en jour : «Pour ceux qui disent que la présidence ou l’Etat gabonais aurait un candidat, je vous dis clairement que c’est faux», a-t-il, déclaré d’une voix ferme.

S’il est vrai que le Gabon est un pays de verres dit-on souvent et que les rumeurs finissent souvent par se confirmer, Ike Ngouoni a fait savoir que la présidence de la République ne s’est pas prononcée sur cette élection.

Pour l’orateur, il n’y a aucune raison que le chef de l’Etat ou la présidence de la République s’engage dans une affaire sportive : «C’est aller à l’encontre des règles de la Fifa. Comme vous le savez tous, cette instance internationale ne tolère aucune ingérence dans les affaires du football», s’est défendu Ike Ngouoni. «Aucun candidat, je dis bien aucun, ne peut se réclamer de la présidence de la République ou du chef de l’Etat», a-t-il martelé.

Pierre Alain Mounguengui, Bosco Alaba-Fall, Blanchard Paterne Andoume, Placide Bourdette, et Jérôme Efong Nzolo, sont les cinq postulants au poste du bureau exécutif de la Fegafoot. Le dernier candidat cité ancien arbitre international serait l’étalon de la présidence de la République nous avait confié il y a un mois, un proche du président de la République.

Même Jeune Afrique (JA) dans son numéro du 18 mars 2018 en page 11, consacrait quelques lignes à cette l’élection à fort enjeu. «Mounguengui s’accroche», titrait JA, qui soulignait que Pierre Alain Mounguengui, compliquerait la tâche à Jérôme Efong Nzolo (JEN) ancien arbitre du championnat belge de D1  «favori du Palais du bord de mer».

L’hebdomadaire international relevait également que JEN est l’époux de Patricia Tsounghat, chef de cabinet du président Ali Bongo Ondimba. Raison pour laquelle, certains observateurs avertis du football gabonais avancent que  Jérôme Efong Nzolo est le candidat du Palais. A qui doit-on accorder du crédit, Ike Ngouoni ou Jeune Afrique qu’on sait très proche du pouvoir en place ? A chacun sa conclusion en attendant le 31 mars 2018.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire