Féfé Onanga : « La Can n’aura pas lieu  [à Port-Gentil] »

Les places assises prévues sous les tentes dressées pour la circonstance n’ont pas pu contenir le public venu nombreux écouter le discours plein d’audace de l’un des soutiens sûrs de Jean Ping dans la capitale économique, un meeting au terrain vague situé à proximité de l’église Pentecôte, dans le 2ème arrondissement de Port-gentil durant lequel Féfé Onanga est revenu sur l’organisation de la Can.

C’est devant des centaines de personnes venues répondre à cette convocation que le président du Mouvement populaire des radicaux (MPR) est resté fidèle à « cette logique de rejet de la Coupe d’Afrique des Nations dont certaines rencontres se dérouleront à Port-Gentil » a-t-il répété samedi dernier dans un espace qui a refusé du monde.

Prenant position pour le boycott de la can, Féfé Onanga conteste férocement la tenue de l’événement sportif : « La Can n’aura pas lieu ici. Et vous êtes tous interpellés pour qu’il en soit ainsi. L’heure n’est pas à la distraction. Nous allons utiliser tous les moyens pour empêcher que ceux qui ont usurpé le pouvoir viennent nous narguer avec leur fête » a déclaré le président du MPR devant un public religieusement à l’écoute.

A quelques jours prêt du lancement officiel du plus grand rendez-vous sportif continental, le MPR passe à l’action pour l’échec de la compétition : « Nous n’avons pas fini de faire le deuil de nos parents tués par les sbires du pouvoir en place. Nous continuons de nous battre pour ceux qui se sont emparés du pouvoir, alors qu’ils ont perdu l’élection. Et pour cela, la Can n’aura pas lieu, en tout cas pas à Port-Gentil » s’est-il prononcé.

Très enthousiaste et confiant,  Féfé Onanga appel Jean Ping à prêter serment le 14 janvier prochain, puis s’attaque au passage à Bruno Ben Moubamba qui aurait appelé à l’arrestation de Jean Ping, il rétorque en sortant ses griffes : « Que lui et ses amis osent arrêter Ping et nous ferons ce que nous avons à faire » a-t-il ajouté, revenant sur les propos de Bilie-By-Nze en rapport aux menaces portées contre Jean Ping « qu’ils vont arrêter Ping et cela ne prendra pas cinq minutes. Nous leur répondons qu’il nous faudra moins de cinq minutes pour faire que la République arrête de fonctionner » a menacé le président du mouvement populaire des radicaux.

© Crédit photo : Gabonreview

Laissez votre avis