Faute de commande de l’Etat, le secteur automobile broie du noir

© D.R

La mesure de suspension des engagements de dépenses d’équipements en véhicules administratifs prise par le ministère du Budget et des Comptes publics semble avoir un impact considérable sur le secteur automobile. Pour preuve, il est depuis 3 ans en proie à des difficultés qui ont déteint sur son chiffre d’affaires.

En effet, d’après l’Union des représentants de l’automobile et de l’industrie (Urai), les ventes des véhicules neufs ont chuté de 34%, soit 1651 véhicules vendus en 2017 contre 2500 en 2016.

Cette performance pour le moins inquiétante est due non seulement au contexte économique difficile que traverse le pays,  marqué par la baisse des ressources de l’Etat, mais aussi par la réduction des budgets des entreprises et la perte de pouvoir d’achat des ménages.

La mesure de suspension de l’achat des véhicules administratifs est arrivée comme un véritable couperet pour  les concessionnaires automobiles, l’Etat étant leur premier client.

Cependant au cours de la période sous revue, le commerce des véhicules industriels a affiché un chiffre d’affaires de 20,50 milliards de Fcfa en 2017 contre 16,17 milliards de Fcfa en 2016, soit une augmentation de 26,8%. Cette performance est consécutive à un politique marketing mise en œuvre par Tractafric Equipement en termes de prix et de recouvrement des créances.

Laissez votre commentaire