Faustin Boukoubi: «la XIIIème législature est caractéristique de la vitalité de notre démocratie»

Le président de l'Assemblée nationale Faustin Boukoubi © D.R

Depuis son élection par ses pairs à la tête de l’Assemblée nationale en janvier 2019, Faustin Boukoubi est un homme réservé Alors que le Gabon est secoué de part et d’autre par une crise économique et une grogne sociale sans précédent, le président de l’Assemblée nationale  a décidé de sortir de sa réserve en accordant une interview au quotidien L’Union ce lundi 06 mai 2019. Entre autres sujets abordés dans cet entretien, la vitalité de la démocratie gabonaise, la modification du règlement de l’hémicycle et la déclaration de politique générale du Premier ministre.

GABON LIBREVILLE

Dans un entretien exclusif accordé au quotidien L’Union ce lundi 6 mai 2019, le président de l’Assemblée nationale (PAN), Faustin Boukoubi a fait le tour d’horizon des sujets brûlants de l’actualité gabonaise, en plus du fonctionnement de l’hémicycle. Reconnaissant l’ampleur de la tâche qui est la sienne, il est satisfait de ce que la XIIIème législature compte de nombreux élus de l’opposition. « C’est caractéristique de la vitalité de notre démocratie. Depuis 1990, le Gabon est entré dans l’ère de la démocratie multipartite. La représentation de l’opposition varie en fonction du contexte du moment, du poids et des stratégies des forces en présence », a-t-il confié.

Aussi, Faustin Boukoubi est convaincu que le génie politique des dirigeants et leaders politiques, mais aussi et surtout la maturité du peuple gabonais, ainsi que son attachement à la paix  sont autant de raisons qui maintiennent le pays dans une certaine stabilité, et les élus ont une lourde responsabilité. « Notre devoir consiste à entretenir l’esprit de consensus , en mettant en exergue les valeurs de sagesse, de patriotisme, d’unité nationale, de paix. J’apprécie beaucoup que nous partagions tous la nécessité de cultiver notamment celles de respect, d’abnégation, de persévérance dans l’effort, en vue de la prospérité de notre cher Gabon », a-t-il renchéri.

Abordant la question du fonctionnement interne de l’Assemblée nationale, avec la modification de son règlement et l’augmentation des commissions permanentes, le PAN assure que pour le premier il s’agissait « d’améliorer le fonctionnement de l’institution et d’accroître sa contribution à la production des cadres normatifs régissant notre République ».

Quant au nombre de commissions permanentes qui aurait augmenté, Faustin Boukoubi affirme qu’il n’en est rien. « Tous ceux qui suivent l’activité de l’Assemblée nationale savent que la douzième législature disposait de sept Commissions générales permanentes et que nous n’en avons ajoutée qu’une seule », a-t-il ajouté.

Laissez votre commentaire