Exploitation illégale de Kevazingo : une entreprise chinoise roulée dans la farine

Alors qu’une décision du ministère en charge de l’Environnement suspendait à titre conservatoire l’exploitation du Kevazingo en République gabonaise, suite à un scandale qui avait conduit à l’audition de plusieurs responsables dudit ministère, une nouvelle affaire vient mettre en lumière la poursuite de l’exploitation de cette essence rare nous rapporte le quotidien l’Union dans sa livraison du 2 décembre dernier.

Surfant sans doute sur le fort besoin de la Chine sur cette essence, et de la naïveté des responsables de la société chinoise Gabon Hua Dong Investisment (Gahudi), un prétendue agent des Eaux et Forêts, le dénommé Bertrand A.A, a vite fait de sauter sur l’occasion pour se faire un peu d’argent de poche.

En effet, c’est à Okolassi, au siège de Gabon Hua Dong Investisment, que ce dernier se rend pour proposer ses services à l’entreprise. Il présente dès lors, pour convaincre ces pigeons, un dossier de toutes les pièces nécessaires : autorisation d’exportation et ordres de mission  pour l’exploitation de Kevazingo. C’est une bagatelle de 18 millions que  Gahudi déboursera pour s’attacher les services de Bertrand A.A.

Toutefois, il semble que la supercherie va tourner court, après vérification, les responsables de l’entreprise vont se rendre compte que les documents délivré par le supposé agent des Eaux et Forêts sont en évidence des faux. Pour mettre la main sur l’escroc, Gahudi va saisir la gendarmerie de Ntoum. Un  piège est monté alors pour appâter le faux agent, l’entreprise lui promettant 2 millions de plus pour une menu service. Mal lui aurait pris, car en voyant cette proposition trop alléchante, Bernard A.A, va se rendre au rendez-vous proposé par la direction, c’est de là qu’il a été appréhendé le 26 novembre dernier.

Laissez votre avis