Expérimentation des kits microsciences : le satisfecit de l’Unesco

Le mercredi 27 Septembre 2017,  au siège de la représentation de l’UNESCO au Gabon sis au Haut de Gué-Gué, dans le premier arrondissement de Libreville, s’est tenu un atelier de validation des acquis de l’expérimentation des microsciences. Cette rencontre qui se poursuit jusqu’à ce vendredi s’est tenue après la phase expérimentale de ceux-ci dans trois provinces du Gabon.

En effet, c’est près de trente établissements dans trois provinces du pays, notamment, l’estuaire, l’Ogooué-Maritime et le Woleu-Ntem qui ont eu le mérite d’abriter la phase pilote, expérimentale des kits microsciences, initiés par l’UNESCO en partenariat avec le Ministère de l’Education Nationale et de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba, dans le cadre du processus de redynamisation de l’enseignement des sciences au Gabon.

A cet effet, au cours d’une allocution, prononcée à l’occasion de cet atelier, Vincenzo Fazzino Chef du Bureau Représentant de l’UNESCO au Gabon, guidé par l’objectif 4 contenu dans le programme de développement durable à l’horizon 2030 a déclaré que «le bilan de cette phase expérimentale pilote de l’apprentissage pratique des sciences au Gabon, par des kits microsciences est positif», par rapport aux élèves bénéficiaires observés des ses établissements depuis 2016.

Par la suite, Clarisse Angue Zome, point focal du projet microsciences au Ministère de l’Education Nationale, a signalé que ses kits microsciences qui s’élèvent à 5000 francs CFA l’unité, répondent au besoin d’apporter des solutions pratiques d’apprentissage de la chimie, la physique, la biologie et la science afin de susciter des vocations scientifiques car, «malgré le fort taux de scolarisation du Gabon, seuls moins de 13% des candidats au baccalauréat sont inscrits en séries scientifiques»; a t-elle déclaré.

Ce programme de kits d’apprentissage pratique des sciences est déjà expérimenté au lycée Nelson Mandela, le lycée d’État, le CES de Minkolongo et dans plusieurs autres établissements de l’Estuaire, ainsi que de l’Ogooué-Maritime et le Woleu-Ntem. Il s’étendra au fur et à mesure sur toute l’étendue du territoire national.

Karl Massala Letamba

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire