Exécution du budget : Jean Fidèle Otandault opte pour une gestion parcimonieuse

Jean-Fidèle Otandault, ministre du Budget © GMT

Dans l’optique d’assurer une gestion parcimonieuse des finances publiques en conformité avec l’engagement pris par le gouvernement auprès du Fond monétaire internationale, le ministre du Budget et des Comptes publics, Jean Fidèle Otandault, par un communiqué, vient d’annoncer la mise en place d’une mesure visant à contenir le niveau des instances au Trésor Public à 10% .

C’est dans ce cadre qu’il a instruit les Directeurs Généraux, conformément à la note circulaire n°1529/PMCG/CAB/DEF du 14 octobre 2017, du Premier Ministre Chef du Gouvernement, relative à la clôture de l’exercice budgétaire 2017, et dans le souci de répondre aux exigences du Mémorandum des politiques économiques et financières relatif au programme de relance de l’économie signé avec le FMI, qu’à compter du vendredi 20 octobre 2017, la transmission des Journées comptables et des ordonnances de paiement traitées suivant la procédure d’urgence, pour prise en charge par le Trésorier Central (TC), est soumise à son autorisation préalable.

Par ailleurs, il a rappelé que cette mesure s’explique dans un contexte exceptionnel marqué par des chocs exogènes qui ont impacté négativement sur l’économie et l’équilibre budgétaire du pays. «Ce contexte spécial nous amène à ne prendre aucune disposition qui risquerait de remettre en cause les accords conclus avec nos partenaires essentiels pour rétablir l’équilibre de nos comptes budgétaires compatibles avec les objectifs de relance économique»; fait remarquer le communiqué.

Revenant sur la crise conjoncturelle que traverse le pays, Jean Fidèle Otandault souligne que les objectifs à terme sont de plusieurs ordres, notamment; réduire significativement et contenir la dette, diminuer le niveau des impayés (instances) et respecter les points contenus dans l’accord signé avec les partenaires financiers institutionnels dont le FMI.

Il faut noter que le Chef de division adjoint du département Afrique du Fonds qui effectuait une mission d’évaluation de la situation économique du pays a clairement exprimé son satisfecit quant à l’évolution qualitative de la gestion des finances publiques du gouvernement gabonais qui s’est engagé, entre autres, à limiter à 10% le taux des instances au Trésor à la fin de l’exercice 2017.

Laissez votre commentaire