Évasion fiscale : Christian Magnagna  poursuivi par Tracfin ?

Christian Magnagna © D.R

Les lecteurs des journaux d’informations, notamment ceux de l’hebdomadaire l’Aube, ont appris ce matin que l’organe français spécialisé dans la lutte contre le blanchiment d’argent serait aux trousses du ministre des  Mines, Christian Magnagna. Une information confirmée selon nos confrères par l’un des proches du concerné qui reconnaît que monsieur Magnagna n’a plus autorisation de séjourner en France.

C’est l’information publiée ce matin dans la boîte de Une de l’hebdomadaire l’Aube dans son numéro du jour. Si elle reste à vérifier, elle alimente déjà les débats auprès de certains observateurs de la vie politique. Si cette information véhiculée par ce journal d’informations et d’analyse venait à se confirmer,  il est clair qu’elle ne fera pas bon ménage du côté du palais du bord de mer et pourrait même amener le chef de l’Etat et la justice à se saisir du dossier.

Selon ce journal pas très tendre avec le régime en place, l’actuel ministre des Mines vivrait avec la peur au ventre. En effet,  alors que ce dernier était à l’époque ministre du Budget et des comptes publics; il aurait viré en France une grosse somme d’argent en provenance du Gabon. Le virement avait été effectué dans le compte de la SCI dont il serait agent. Affirme l’Aube sans mettre les gants.

A en croire notre confrère, le service d’enquête de Traitement du renseignements et action contre les circuits financiers clandestins  ( Tracfin),  du Ministère  français de l’économie et de Finances, serait aux trousses du patron des Mines gabonaises.  Raison pour laquelle l’intéressé ne séjournerait plus en France: «Tracfin a interdit à Christian Magnagna tout séjour en France», fait savoir une source approchée par le journal l’Aube. 

Une information affirmée par l’un des proches du membre du gouvernement incriminé: «c’est vrai que le ministre n’y séjourne plus en France depuis un certain temps», a-t-il lâché. Avant de minimiser la situation: « Mais cela ne veut rien dire. Il ne se reproche rien. Il est zain», a indiqué ce dernier qui tente de dédramatiser ce que nous pouvons désormais appeler l’affaire « Magnagnagate ». Cependant, des questions demeurent. Tracfin est-il habilité à interdir de séjour en France ? Si oui, pourquoi interdir de séjour un individu qui est poursuivi alors qu’il serait au contraire préférable de l’accueillir sur le territoire français pour être convoqué, puis entendu et présenté si nécessaire devant un juge?

Créé en 1990 à la suite du 15e sommet économique du G7 appelé «Sommet de l’Arche», Tracfin  est un service d’enquête administratif, saisi sur la déclaration de soupçon d’un organisme financier, soumis au dispositif anti blanchiment.

Il agit par échange d’informations avec les administrations de l’État, notamment l’Office central de répression de la grande délinquance financière, l’Autorité de contrôle prudentiel, l’autorité des marchés financiers ou avec les collectivités territoriales ; il exerce également un droit de communication auprès de tous les organismes assujettis. Au terme de son enquête, une présomption de soupçon peut être transmise à la justice, en application de l’article 40 du code de procédure pénale.

Laissez votre commentaire