Etienne Ngoubou déféré à « sans famille »

La traque des criminelles aux cols blancs entamée ce lundi 9 janvier 2017, se poursuit, après Magloire Ngambia,  le tour est venu à l’ancien “tout puissant” ministre du pétrole et des hydrocarbures,  Etienne Dieudonné Ngoubou d’être déféré à la prison centrale de Libreville, en détention préventive apprend-t-on de source judiciaire. Les deux anciens ministres sont soupçonnés d’avoir détournées des deniers publics destinés aux projets hydroélectriques d’habitat.

Ministre du Pétrole, de L’Energie et des Ressources Hydrauliques, de février 2012 à janvier 2014, le très détesté et détestable Etienne Dieudonné Ngoubou ne manquait pas d’occasion pour rabaisser ses collaborateurs. Reconduit au même ministère qui a changé de dénomination en janvier 2014, il n’a pas rompu avec les vieilles habitudes, qualifié d’arrogant, imbu, insolent…etc par des collaborateurs, le ministre n’en avait cure.

Le 9 janvier dernier au soir, Guy Rossatanga Rignault a annoncé son éviction du gouvernement libérant ainsi les agents du ministère du pétrole qui n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction. Le 10 janvier, jour de départ de l’ancien ministre, c’est par des cris de joie et des « Bye bye Ngoubou », « voleur», « dégage », « bonne année » et tous autres railleries que le ministre a libéré les lieux accompagné par les forces de l’ordre laissant ainsi son bureau à Pascal Houangni Ambourouet.

Jusqu’où ira cette chasse aux criminelles aux cols blancs ? Pour l’heure, Juste Valère Okologo serait entendu à la DGR. D’autres noms se susurrent déjà et une liste d’autres membres du gouvernement de l’époque circule. D’autres têtes vont certainement tomber. Wait and see !

Laissez votre avis