État de santé d’Ali Bongo: la sortie pas du tout rassurante de Dodo-Bounguendza

Eric Dodo-Bounguendza © D.R

C’est le visage rouge de colère que le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG) Eric Dodo-Bounguendza s’est exprimé ce lundi 5 novembre au sujet de la polémique sur l’état de santé du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, actuellement hospitalisé à Riyad en Arabie Saoudite. Il a pour l’occasion invectivé les « pseudos citoyens » et les « partis politiques déconsidérés » qui osent s’interroger sur la santé du Président de la République.

C’est dans un discours très défensif à la limite insultant quEric Dodo-Bounguendza a tenu à marquer son indignation face aux commentaires de citoyens s’interrogeant sur l’état de santé d’Ali Bongo. Alors que les rumeurs sur ce dernier vont bon train, sans réaction convaincante de l’exécutif, le responsable du parti au pouvoir s’est montré dur vis à vis des sorties des partis d’opposition qui appelaient à plus de transparence concernant cette affaire d’Etat.

Voyant ces prises de parole comme une atteinte à la « vie privée » et à « l’honneur » d’Ali Bongo, il a qualifié de « pseudo-citoyens », de « compatriotes en mal du dépit administrateur » ou encore de « partis politiques déconsidérés » l’ensemble des personnes qui s’interrogent depuis lors sur l’état de santé de ce dernier. Il a ainsi fustigé ces personnalités qui considèrent « la politique comme le dernier refuge des aventuriers ».

« Ces compatriotes devenus des sinistres de notre jeune démocratie, ne cessent de s’abaisser par le comportement dégradant et ignoble, et par leur expression déshonorant et déraisonnable, à l’endroit du distingué camarade Président, Président de la République, chef de l’Etat, son excellence Ali Bongo Ondimba, ses proches et bien d’autres personnalités gabonaises », a fustigé Dodo-Bounguendza. Avant de condamner ces « compatriotes manquant réellement de franchise et de droiture et agissant sans trêve par calculs politiciens ».

Une position pour le moins paraît incompréhensible venant du secrétaire général du PDG, qui semble oublier que ces  « pseudo-citoyens » s’interrogent sur l’état de santé du président de la République et non d’un simple militant de sa formation politique. Ali Bongo Ondimba étant le président du Gabon, sa santé préoccupe donc naturellement les citoyens tant de la majorité que de l’opposition.  Cette sortie qui a des allures de contre attaque contre les rumeurs distillées ici et là, au lieu de susciter l’apaisement emmènera encore un peu plus de questionnement.

Laissez votre commentaire