État de santé d’Ali Bongo: «les Gabonais ont le droit de savoir la vérité», dixit Barro Chambrier

Alexandre Barro Chambrier © GMT

La question de l’état de santé du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba n’a pas fini d’être au centre des débats au sein de l’opinion nationale et plus particulièrement dans la classe politique gabonaise. Après les sorties de Pour le Changement (PLC) puis de l’Union nationale (UN) qui appelaient à plus de transparence du gouvernement sur cette situation qui touche la première institution du pays, le président du Rassemblement héritage et modernité Alexandre Barro Chambrier n’a pas manqué le coche en exigeant une communication officielle de l’exécutif qui puisse apaiser le climat.

C’est au cours de la conférence de presse qu’il a animée ce mardi 30 octobre à son quartier général sis au quartier Awendjé, que le leader du RHM a tenu à faire le point sur l’actualité brûlante du moment, en l’occurrence l’hospitalisation pour cause de « fatigue sévère » annoncée par le porte parole de la Présidence de la République Ike Ngouoni.

D’entrée de jeu, le président du Rassemblement héritage et modernité s’est montré compatissant estimant qu’en tant qu’être humain, Ali Bongo a le droit d’être malade et qu’en tant que Bantou il espère que son état de santé puisse évoluer favorablement. Toutefois, il a tenu à revenir sur « les folles rumeurs qui courent sur son état de santé ». Analysant les positions de la présidence de la République qui a indiqué qu’il s’agissait d’une « fatigue sévère », mais aussi du premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet qui estime que c’est « un non évènement », il a fustigé la légèreté de ces réactions qui pour lui devraient être plus claires.  

« Les Gabonais ont également le droit de savoir la vérité. Et notre parti appelle le gouvernement à plus de responsabilité pour communiquer aux Gabonais d’heure en heure sur la situation exacte. C’est un devoir constitutionnel important et c’est une exigence démocratique et un signe de respect envers le peuple gabonais », a martelé Alexandre Barro Chambrier.

Laissez votre commentaire