État de santé d’Ali Bongo: Anges Kevin Nzigou invite Issoze Ngondet à faire désigner un collège de médecins experts

Anges Kevin Nzigou et Emmanuel Franck Issoze Ngondet © Montage GMT

Par lettre datée du 7 décembre dernier, reçue à la Primature le même jour, le secrétaire exécutif du parti Pour le changement (PLC) et avocat au barreau du Gabon Anges Kevin Nzigou a saisi le Premier ministre Emmanuel Franck Issoze Ngondet aux fins de désignation d’un collège de médecins experts pour évaluer les facultés physiques et intellectuelles du Président Ali Bongo Ondimba, en convalescence à Rabat au Maroc depuis le 28 novembre 2018.



En convalescence à Rabat au Maroc depuis le 28 novembre dernier, Ali Bongo Ondimba avait été l’objet à Riyad en Arabie Saoudite, selon le porte-parole de la Présidence, Ike Ngouni, d’un « malaise » mué en « fatigue légère », devenue « sévère » ayant entraîné des « saignements », qui avaient conduit à une opération. Des propos qui ne lèvent pas le doute sur l’état de santé du Président de la République et qui selon Anges Kevin Nzigou nécessitent une expertise médicale.

« Je vous invite à faire désigner, dans les conditions de transparence, un collège de médecins experts qui vont offrir au gouvernement des arguments qui justifieraient les assurances que certains ont de croire à un retour en fonction du président Ali Bongo ou confirmeraient la certitude que d’autres ont de croire en la vacance du pouvoir au sommet de l’Etat », a écrit Anges Kevin Nzigou, après que la Cour constitutionnelle a refusé catégoriquement il y a quelques jours de recevoir sa requête.

Lire aussi >> Santé d’Ali Bongo: Anges Kevin Nzigou empêché de saisir la Cour constitutionnelle

« Le rôle de régulateur de la cour constitutionnelle ne peut aller jusqu’à la substitution du Président dans ses fonctions, c’est pour en revenir à l’ordre constitutionnelle qu’il convient de savoir avec précision l’état de santé réel du Président Bongo afin d’en connaître la gravité et la durée pour en tirer les conséquences constitutionnelles de cet état de réel dont votre gouvernement n’en sait royalement rien malgré les vidéos qui circulent sur la toile », a-t-il précisé.

Laissez votre commentaire