lundi,20 septembre 2021
AccueilA La UneEstuaire: haro du gouverneur sur des recrutements «incontrôlés et non réglementés» à...

Estuaire: haro du gouverneur sur des recrutements «incontrôlés et non réglementés» à la mairie de Libreville

Ecouter cet article

C’est par le biais d’une décision datée du 18 mai 2021 adressée au maire de la commune de Libreville que Marie Françoise Dikoumba, Gouverneure de L’Estuaire a dénoncé des « recrutements incontrôlés et non réglementés » au sein des cabinets des élus et de l’administration municipale. Occasion pour la première autorité administrative de la province susmentionnée d’annoncer les suspensions à caractère conservatoire de 10 de ces arrêtés portant nominations de personnels.

Avec plusieurs centaines d’agents recrutés en moins d’un semestre, la maire de Libreville dirigée par Eugène Mba est assurément un el dorado pour tous les Gabonais en quête incessante d’emplois depuis le gel des recrutements à la Fonction publique. Seulement, si ces recrutements peuvent dans une certaine mesure être applaudis, il semble qu’ils n’obéissent à aucune procédure légale encore moins réglementaire. C’est en tout cas ce qu’a révélé Marie Françoise Dikoumba dans ce qui s’apparente d’emblée à un rappel à l’ordre.

« Il m’a été donné d’observer la tendance des membres des bureaux du conseil municipal de la commune de Libreville, à procéder à des recrutements ou nominations incontrôlés et non réglementés aussi bien au sein des cabinets des élus que dans l’administration municipale », déplore la gouverneure de l’Estuaire dans ledit document parvenu à la rédaction de Gabon Media Time (GMT). Non sans manquer de dénoncer la non-transmission de ces actes à la tutelle tel que prévu par la loi organique n° 001/2014 du 15 juin 2015 relative à la décentralisation en son article 55.


En outre, Marie Françoise Dikoumba a tenu à rappeler à Eugène Mba le cadre normatif organisant le cabinet du maire de Libreville. « Le cabinet du maire de certaines communes est (…) composé pour les communes dont la masse globale des ressources propres est supérieure à 5.000.000.000 de francs CFA: un directeur de cabinet, un chef de cabinet, dix conseillers, cinq chargés de missions et cinq attachés de cabinet », dispose l’article 5 du décret n°401/PR/ MICLDSI du 8 mai 2008. Ce qui semble aujourd’hui foulé aux pieds par l’édile de la Commune de Libreville qui compte 65 collaborateurs à minima.

Toute chose qui a conduit la Gouverneure de Libreville a suspendre 10 de la pléiade des arrêtés pris par Eugène Mba et ses prédécesseurs. Lesquels ont pour conséquence les charges sociales et salariales internes tout en obèrant insidieusement sur la capacité d’investissements de l’administration municipale dans les domaines qui lui sont dévolus. Marie Françoise Dikoumba a clairement indiqué que ces mesures conservatoires sont élargies aux gels de recrutements ou engagements à commune de Libreville, maintien des personnels en fonction et la transmission immédiate desdits actes afin de s’enquérir de leur légalité. Pour rappel, Léandre Nzué avait été écroué à sans famille pour des faits similaires. « Un homme averti en vaut deux », dit-on.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop