dimanche,5 décembre 2021
AccueilDerniers articlesEsther, 48 ans, femme de menage

Esther, 48 ans, femme de menage

Ecouter cet article

Ou vivez vous et avec qui ?

Notre maison est dans une cour commune, 2 chambres et j’y vis avec 2 de mes enfants.  Je suis célibataire et j’ai élevé mes 4 enfants sans leur père avec mes petits moyens et l’aide de ma famille.  Depuis septembre, ma fille aînée étudie à l’étranger et c’est son ami qui la prend en charge à 100%. Ma deuxième fille et le dernier de mes enfants sont encore au lycée et vivent avec moi. Mon fils, le troisième de mes enfants est en province chez ma petite sœur. La maison dans laquelle nous vivons est entrain de tomber en ruines, nous avions commencé à mettre un peu d’argent de côté pour refaire la toiture, car en saison de pluies comme c’est le cas actuellement, nous sommes presque à ciel ouvert…

Quelle est votre situation de travail en ce moment ?

Je suis en confinement total, c’est très difficile pour moi parce que je suis une femme active habituellement. Je ne peux exercer aucune de mes activités en ce moment. En général, je ne me contente pas de mon petit salaire de femme de ménage, je fais aussi de la braise (poisson, poulet, cotis ect.) le soir devant le bar d’une de mes amies du quartier pour arrondir mes fins du mois et surtout mettre un peu d’argent de côté pour continuer les travaux de la maison.

En quoi votre situation est il différent d’avant la crise ? Je suis inactive et sans ressources financières. Je me sens impuissante face à la situation et depuis l’annonce du confinement total, je me demande comment je vais faire pour tenir durant cette période. Quand il pleut, il y l’inondation chez moi. On avait commencé avec les travaux de réfection mais là le projet est à l’arrêt parce que je n’ai plus de revenu, et avec le peu de matériel qui est disponible, les travailleurs ne peuvent pas terminer les travaux à cause de la mesure de confinement générale.

Comment vivez vous ces changements ? La mesure de confinement n’est pas mauvaise en soi, simplement elle a de grosses répercussions sur les finances et sur tous les projets que j’avais. Pas de travail, pas de revenu, donc pas de quoi nourrir mes enfants, les mettre sous un toit convenable. L’état a promis beaucoup de choses mais je ne sais pas trop comment ça se passe. Les uns disent qu’ils vont faire du porte à porte pour nous distribuer la nourriture, d’autres disent qu’il faut aller s’inscrire chez le chef de quartier, chose que j’ai faite. La Croix Rouge était passée dans notre quartier, ils ont donné des produits alimentaires à certaines personnes seulement. Nous qui n’avions rien reçu, nous sommes dans l’attente.

En ce qui concerne l’électricité, mon compteur est dans les critères. Le site est accessible depuis hier. Ma fille a essayé plusieurs fois, ça ne passe pas. La plateforme est toujours saturée du coup, on ne sait pas si on va pouvoir en bénéficier. Dans tous les cas on continue à tester puisque ça marche pour certaines personnes, on pense que ça va aussi passer chez nous.

Comment faites vous pour rester en contact avec vos amis et la famille ?

Les réseaux sociaux et les appels téléphoniques. Nous avons des groupes WhatsApp on se partage les informations et nous nous donnons des nouvelles dessus. Quand je n’ai pas de forfait, ma fille me transmet les nouvelles ou bien mon petit frère qui vit juste à côté de chez moi le fait. Le confinement ne change pas grand chose à ce niveau là, parce que chacun de nous est dans ses activités, en général on est en contact plus par téléphone.

Ressentez-vous une plus grande charge physique et mentale dans votre vie ?

La charge est surtout financière et morale. Me retrouver dans cette situation du jour au lendemain n’est pas du tout agréable mais en même temps je ne peux en vouloir à personne, c’est pour notre bien. En fait, je sais que je dois continuer à me battre pour mes enfants. De toutes les façons je n’ai pas trop de choix non plus.  Aujourd’hui, l’inactivité me fait réfléchir encore plus sur ma situation professionnelle, il faut que je fasse tout pour être embauchée dans la société au sein de laquelle je travaillais avant la crise. En effet, je venais tout juste de laisser mon ancien travail de femme de ménage à domicile pour intégrer une société en tant que femme de ménage aussi. Dans une société il y a plus de garanties que dans un ménage.

En ce moment, comment vous détendez vous ?

J’écoute des louanges.

Quelle est la dernière chose qui vous a fait rire ou sourire ?

Mon anniversaire hier, j’ai reçu plusieurs marques d’affection de la part de ma famille, mes amis. Tout le monde a pensé à m’appeler ou à m’envoyer un message et ça m’a beaucoup fait plaisir. Je suis restée à la maison, c’était une journée presque normale du confinement, on a mangé. Ma fille est allée nous acheter des jus et s’est passé comme ça.

Un conseil aux autres femmes en cette période difficile ?

Garder espoir et faire confiance en Dieu.  Profitez de ce temps pour se reposer pour celles qui sont actives comme moi, refaire les placards, le grand ménage à la maison, renouer les liens avec les enfants. Se poser les bonnes questions et décider de changer certaines choses dans notre vie sociale et professionnelle. Malgré la situation difficile, rester forte et courageuse, échanger, ne pas hésiter à demander de l’aide à sa famille ou autre… C’est aussi l’occasion de réfléchir à de nouveaux business à mettre en place après le confinement.

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop