Estelle Ondo: «Plus qu’un simple Mouvement, J’Aime Oyem est une vision du Changement»

Estelle Ondo © GMT

Monté il y a sensiblement deux ans, le Mouvement «J’aime Oyem» porté par la ministre des Transports et de la logistique Estelle Ondo connaît un écho plus que favorable. Dévouée à la transformation de la capitale septentrionale, en œuvrent pour le bien-être des siens et leur unité, Estelle Ondo entend miser sur la multiplicité des campagnes de sensibilisations et de divers apports autour de son mouvement politique qu’elle présente plutôt comme un pont pour parvenir au changement local.



Depuis son entrée au gouvernement en tant que ministre des Transports et de la logistique, la native du deuxième arrondissement de la ville d’Oyem, Estelle Ondo, a développé sous l’appellation «J’aime Oyem» bien plus qu’un simplement Mouvement politique, une vision participative à la transformation locale, une aide sociale multiforme dont la régularité des activités et leurs impacts sociopolitiques ne manquent pas d’attirer des critiques acerbes de la part de ses adversaires politiques au lieu d’y voir un «bien commun».

En effet, de ce qui ressort des différents témoignages locaux, «le Mouvement J’aime Oyem est en train de faire l’unanimité au niveau de la ville d’Oyem. Il faut dire que depuis deux ans avec le lancement de la campagne contre l’insalubrité en avril 2017, la ministre Estelle Ondo et son équipe n’ont pas cessé de multiplier les actions en faveur du bien-être de toutes les populations oyémoises ainsi que du développement de notre localité», nous a confié Bernard Zué.

A côté de bien d’autres actions aux multiples interprétations négatives  et souvent nuisibles à la ministre qui a su «convaincre par sa volonté, son sens de l’écoute et de dialogue, la proximité avec les populations de toute la province, le partage et les inépuisables conseils», Estelle Ondo sait aussi apporter confort, soutien et amour aux veuves et aux orphelins des deux arrondissements de la ville d’Oyem. En témoigne  sa dernière action en faveur de l’orphelinat local.

Pour un des membres du Mouvement « J’aime Oyem », Glenne Nguema, «il ne s’agit pas, pour Madame la ministre, de compter les actions posées en faveur des siens ou de se justifier devant des récupérations politiques oiseuses pour Oyem. Toutes les initiatives qu’elle entreprend ne visent que le développement de la localité et la satisfaction collective des populations. Comme l’indique son nom, le Mouvement J’aime Oyem n’est pas un creux concept, c’est l’expression matérielle de l’amour que chaque fils de cette ville porte à cette localité qui nous est chère. D’où la nécessité de voir tous les Oyémois se reconnaître dans cet esprit de concorde, de fraternité, de cohésion, de partage mais surtout d’engagement en faveur du développement local», a-t-il confié.

Tout en œuvrant également dans les secteurs de la santé, l’éducation, le social, la construction ou la réhabilitation des infrastructures, la lutte contre le chômage, la pauvreté et l’insalubrité le Mouvement « J’aime Oyem » que porte l’actuelle Ministre «se veut être plus qu’un simple mouvement pour le bonheur de toutes les populations dans la complétude des différences des générations. J’aime Oyem une vision du changement, du développement collectif», a indiqué la première responsable lors d’un entretien avec les siens à Oyem. 

Laissez votre commentaire