Eric Dodo Bouguendza met fin à la controverse sur les candidatures PDG

Eric Dodo Bouguendza © GMT

Les candidats investis par le Parti démocratique gabonais (PDG) ont été choisis au terme d’une «consultation interne». C’est ce qu’à assuré le secrétaire général de cette formation politique lors de la conférence de presse qu’il a animée ce jeudi 23 août 2018. Dans la même foulée, il a balayé d’un revers de la main les accusations portant sur l’investiture de personnalités non membres du parti ou non originaires de certaines circonscriptions.

Lors de cet échange avec la presse, Eric Dodo Bouguendza a tenu à lever l’équivoque sur la désignation des candidats au sein du parti de masse. Il a assuré que la procédure avait obéit à trois critères essentiels notamment le rajeunissement, la féminisation et l’ouverture vers la société civile, ceci «conformément à la vision du distingué camarade président».

Il a indiqué que les instructions du président du PDG, Ali Bongo ont été scrupuleusement respectées. «Nos listes comportent plus de 30% des jeunes et des femmes. C’est dire que le PDG est fidèle à sa marche vers le renouvellement progressif et intelligible de ses élites», a-t-il relevé.

Revenant sur la polémique ayant éclaté après la publication des candidats investis et la présence dans cette liste de personnalités non membres du parti, il a coupé court au supputation en affirmant que bien qu’elles n’ont pas encore abouti, des discussions avec les partis membres de la majorité était en cours. «Il faut comprendre qu’il peut arriver, dans le cadre de négociation,  quelques incompréhensions ou des mauvaises interprétations. Et nous sommes en politique et en politique,  si nous pédégistes, voulions d’un candidat d’un autre parti  du même regroupement politique que nous, il y aurait des rusés qui viendraient donner des interprétations alarmantes», a relevé  Eric Dodo Bouguendza.

Par ailleurs, sur la défiance observée contre les candidats investis dans certaines circonscriptions notamment au 1er arrondissement de Libreville et à Mimongo, le responsable du parti au pouvoir a rappelé à l’ordre chaque militant, martelant qu’il était de son devoir de soutenir sans réserve les candidats investis par le parti.  

Laissez votre commentaire