Epreuves sportives du BEPC: les enseignants mettent en exécution leur menace de boycott

© D.R

De la parole à l’acte il n’y a qu’un pas, a-t-on coutume de dire. C’est ce fameux adage que les enseignants ont mis en exécution en boycottant le mercredi 2 mai dernier, les épreuves sportives du Brevet d’études du premier cycle (BEPC). Une situation des plus embarrassante, pour les élèves, qui ne prendra fin qu’une fois que les enseignants obtiendront le paiement intégral des vacations de l’année écoulée, qu’ils réclament inlassablement à leur tutelle.

Grande a été la surprise pour ces élèves qui se sont rendus mercredi matin sur leurs centres d’examen respectifs afin de passer les épreuves pratiques d’Education physique et sportive (EPS), comptant pour le BEPC 2017-2018. Pour cause, les membres du jury souhaitent absolument percevoir le solde des arriérés des vacations de l’année dernière.

Au CES Léon Mba 1, tout comme dans les 12 autres centres d’examens de Libreville, à l’instar du lycée Paul Indjendjet Gondjout, les rares examinateurs qui se sont rendu sur les lieux ont intimés l’ordre aux élèves de «rentrer chez eux et de revenir à une date ultérieure», a rapporté le quotidien L’Union.

Des faits qui ont également étés confirmés, et déplorés, à la direction d’académie provinciale de l’Estuaire (DAPE), qui a indiqué que seuls les secrétaires d’examens et les harmonisateurs sont venus récupérer leurs convocations.

Une situation qui ne semble pourtant pas inquiéter la direction générale des examens et concours (DGEC), où son directeur en charge du BEPC, François Pango, a estimé qu’«il n’y a pas péril en la demeure». D’autant plus que le calendrier fixé par la tutelle prévoit la tenu de ces épreuves pratiques entre le 22 mai et le 30 juin.

Laissez votre commentaire