Épidémie de peste à Madagascar : 28 décès enregistrés en un mois

La capitale malgache, Antananarivo est confrontée depuis plus d’un mois à une nouvelle épidémie de peste qui crée la panique dans la ville en cette période de rentrée scolaire.

Masques de protections, opérations de désinsectisation, installations de pièges à rats, barrages de sécurité dans les lieux d’affluence (marchés, aéroports, gare-routières), autant de mesures d’urgence décrétées par le gouvernement pour limiter l’épidémie de peste qui sévit dans la capitale malgache depuis plus d’uns mois. «Je ne sers pas la main des gens et je ne fais pas la bise. Les précautions», «c’est de ne pas parler près des gens, et porter un masque», confie des habitants.

Comme quasiment chaque année, à la même période, depuis 1980, la ville n’a pas échappée à une nouvelle épidémie de peste. Selon le ministre de la Santé, Adriamanarivo Mamy Lalatiana depuis le début de l’épidémie, le 28 août 2017, 155 cas ont été enregistrés dont 28 décès.

L’institut pasteur de Madagascar (IPM) a annoncé que des mesures ont été prises pour travailler 7j/7 et qu’elle recevra du renfort de deux experts internationaux, notamment un technicien et un docteur de l’institut pasteur de Paris et du centre national de référence de la Peste à Paris. «On espère que cette épidémie va régresser, mais il faut se préparer à travailler de longs jours et faire attention pour une meilleure prise en charge», a confié un représentant de l’IPM

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a aussitôt mobilisée du matériel médical a affirmé qu’il n’y a aucune restriction pour ce qui concerne les voyages ou les commerces sur Madagascar, l’accent étant mis sur  l’information et la sensibilisation des voyageurs.  

Selon l’ancien chef d’Etat de Madagascar, Marc Ravalomanana, qui qualifie cette nouvelle épidémie de «honte pour le gouvernement», l’insalubrité est le facteur principal de la prolifération de cette épidémie. Faute de subvention l’entreprise chargée d’assainir la ville se trouve dans l’incapacité d’exercer sa mission, d’où l’appel lancé par l’homme politique au pouvoir public, afin qu’une subvention spéciale soit mise à profit pour l’assainissement de la ville en moins d’une semaine.  

La saison pesteuse à Madagascar coïncide avec la saison des pluies, la tradition malgache du «retournement des morts» et la recrudescence des feux de brousse.  Maladie réémergente La peste est une maladie infectieuse,  principalement véhiculée par un rat, le Rattus rattus qui la transmet à l’homme par l’intermédiaire de puces infectées de la peste. Chez l’homme, la forme bubonique de la peste se soigne, si prise à temps, avec des antibiotiques, mais la forme pneumonique – transmissible par la toux – peut être fatale en seulement 24 à 72 heures, provoquant de ce fait des épidémies  avec un impact certain sur l’économie.

Laissez votre avis