Enseignement supérieur privé: 25 établissements sur 38 en situation irrégulière

© D.R

Chaque année, au Gabon ce sont de nombreux établissements privés d’enseignement supérieur qui se créent. Mais, un rapport de la commission technique pour l’enseignement Privé, publié le lundi 11 juin dernier, a mis en évidence l’exercice illégal de 25 des 38 établissements examinés.

Réalisé en présence du ministre d’État, ministre de l’Enseignement supérieur, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, le rapport d’enquêtes menées auprès des établissements privés supérieurs, à créé ce lundi la stupéfaction. «C’est une conclusion à couper du souffle !», peut-on lire dans les colonnes du quotidien L’Union paru ce mercredi 13 juin 2018.

En effet, compte tenu des 38 établissements privés supérieurs passer au crible, 25 parmi eux, présentent «irrégularités et caractères informels», les rendant «irrecevables», pourtant avec de nombreuses années d’exercice, et de communication à grande échelle, elles opèrent au nez et à la barbe des autorités.

Si Sup de Com, BGFI business school (BBS), École supérieure de la mer et l’Institut des techniques avancées (ITA), entre autres autres, doivent encore remplir certaines formalités pour s’ajuster, ce n’est pas le cas pour Afram, Pigier, ESGIS, ESAM, l’Institut supérieur d’ingénierie (ISI) et de l’Université franco gabonaise Saint Exupéry, qui appartiennent au lot des 25 établissements mis en cause. Ces derniers disposent, à compter du 11 juin dernier, d’«une semaine pour se conformer aux normes édictées par la tutelle», rapporte L’Union.

Des normes tant structurelles qu’administratives, que L’Union n’a pas manqué de rappeler. À cet effet, d’un point de vue administratif, les établissements doivent disposer de «l’autorisation à fonder ou à ouvrir, le contrat de location ou titre foncier, un partenariat avec l’État, être en situation fiscale régulière».

Pour ce qui est du cadre censé accueillir les étudiants, «la capacité d’accueil, la présence des laboratoires, plateaux techniques, matériel didactique, salles de classe, bibliothèques et conditions hygiéniques et de sécurité», constituent les éléments principaux pour répondre aux normes de la commission technique de contrôle.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire