Enrique Mamboundou évoque l’enlèvement des opposants et les mesures d’Arnauld Engandji

Le leader de la Voie du peuple, Enrique Mamboundou, au centre © GMT

C’est au terme de l’assemblée générale du mouvement la Voie du peuple qui s’est tenue ce jeudi 31 mai 2018, que les membres de cette organisation politique réunissant plusieurs jeunes de l’opposition ont tenu à édifier l’opinion nationale et internationale sur la situation sociopolitique que traverse le Gabon. A cette occasion, il ont évoqué les derniers développements de l’affaire sur la disparition de plusieurs membres de l’opposition mais aussi, les dernières mesures prises par le ministre du Travail, Arnauld Engandji qui selon eux peuvent être salutaires pour résorber le chômage chez les jeunes.

En effet, c’est par la voix de son président, Enrique Mamboundou, que les jeunes de ce mouvement très actif sur le terrain politique ont tenu à donner leur position sur certains aspects de l’actualité du pays. Ils sont amplement revenus sur  la disparition, il y a plusieurs mois, de trois jeunes leaders d’opinions proches de leur camp en l’occurrence Stempy Love Obame, Alain Mbella Obame et Armel Mouendou.

Lors de la déclaration sanctionnant cette assemblée générale, le leader de la Voie du peuple a indiqué avoir des éléments nouveaux concernant ces disparitions jusque là non élucidées. Il a révélé que ces «enlèvements sont l’oeuvre des forces de sécurité». «Nous tenons à interpeller le gouvernement sur cette question qui s’apparente à du terrorisme d’Etat. Il est inacceptable qu’après la crise post-électorale que le Gabon a traversé et la crise qu’elle connaît actuellement, que de tels actes continuent d’être posées sans réaction du gouvernement, que des forces de sécurité et de défense se permettent d’aller enlever des gabonais dans leurs maisons, les séquestrer sans même avertir les familles», a-t-il dénoncé.

En outre, concernant cette même affaire, il a révélé être désormais informer des contours qui ont abouti à l’enlèvement de ces jeunes par certaines forces de sécurité. «Nous savons désormais que c’est un jeune de l’opposition qui assurait la sécurité d’un leader de l’opposition et qui par la suite était proche de notre organisation, puisqu’il assurait ma sécurité quand j’étais recherché, qui donnait des informations au pouvoir», a-t-il indiqué. Il a ajouté que cet indic était en collaboration avec deux ou trois opposants et «des éléments du pouvoir qui se sont organisés pour kidnapper et séquestrer ces jeunes gabonais».

«Nous disons à cet informateur d’aller voir ces complices pour qu’on libère nos frères, au cas contraire son double jeu sera mis à nu et nous publierons son identité sur les réseaux sociaux car sa trahison avait déjà causé des problèmes lors de la crise post-électorale», a-t-il martelé.

Par ailleurs, Enrique Mamboundou a tenu à aborder le sujet sur les récentes mesures prises par le nouveau ministre du Travail, Arnauld Engandji, qu’il a jugé intéressantes. «Ce que le ministre tente de faire sur la question de l’employabilité des jeunes, sur la question du travail illégal et le travail des étrangers est salutaire, mais nous espérons pouvoir travailler avec lui pour évoquer cette question cruciale qui touche la jeunesse de nos quartier», a relevé le leader de la Voie du peuple.

«Nous savons quel est votre camp et de ce côté, les idées prospèrent rarement, nous espérons que ce ne sont pas que de belles phrases, que vous irez plus loin pour aider les gabonais et plus particulièrement les jeunes à trouver de l’emploi et en créer», a conclu le jeune leader de l’opposition à l’endroit du ministre du Travail. 

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire