vendredi,25 septembre 2020
Accueil A La Une Enquête sur l’état de la pauvreté au Gabon : Prisca Koho Nlend...

Enquête sur l’état de la pauvreté au Gabon : Prisca Koho Nlend en passe de se payer la tête du peuple

La question de la pauvreté demeure une véritable épine sous le pied du gouvernement qui peine à proposer des solutions efficaces à son éradication. Si pour cerner toute l’ampleur de ce phénomène, le ministre chargée du suivi de la Stratégie de l’investissement humain et des Solidarités nationales, Prisca Koho Nlend a annoncé le lancement d’une énième enquête statistique générale sur l’état de la pauvreté, l’opinion se questionne sur l’opportunité de cette nouvelle opération alors qu’un rapport sur ce sujet existe bel et bien en l’occurrence l’enquête McKinsey qui avait été diligentée à coup de milliards de FCFA. 

Prévue être lancé dès la mi-janvier, cette enquête qui se déploie sur l’ensemble des 9 provinces du pays aura pour objectif de recueillir des données actualisées de l’état de la pauvreté. Lors de la rencontre avec les partenaires sociaux le 30 décembre 2019, Prisca Koho Nlend a indiqué que pour aboutir à des résultats pertinents les équipes qui iront sur le terrain devront être pluridisciplinaires, « afin de cerner toutes les questions en rapport avec l’apport des femmes dans l’appareil productif national, les initiatives susceptibles d’impacter positivement l’indice de développement humain »

Présentées comme un outil d’aide à la décision, les données collectées tout au long de cette enquête devront permettre au gouvernement de définir une politique pragmatique en matière d’investissement humain, d’intégration de la femme aux initiatives de développement et de lutte contre la fracture sociale. Si cette initiative semble répondre à la nécessité du gouvernement de recueillir des données fiables en matière de pauvreté, l’opinion se questionne sur les politiques mises en place la réduire, dans un pays dit à revenu intermédiaire mais dans lequel certaines populations ont encore du mal à se nourrir et même à avoir accès besoins de première nécessité.

Pis cette enquête ne sera pas la première diligentée par le gouvernement pour cerner l’état de la pauvreté au Gabon. En effet, en décembre 2013, le cabinet McKinsey & Company a publié un rapport sur le même sujet. Ledit document avait permis de révéler des données sans équivoque sur la situation du pays. Ainsi, on y a appris que 30% des foyers gabonais sont économiquement faibles; 95 000 foyers vivent avec moins de 2 700 FCFA par jour; 70% des villages du pays sont enclavés ; 35% des départements (17 sur 48) affichent un taux de pauvreté supérieur à 50% ou encore que 60% des départements (28 sur 48) régressent en termes d’accès aux services sociaux de base. 

Audelà des chiffres, le rapport avait émis plusieurs recommandations pour inverser la tendance.  Plusieurs années plus tard, quel bilan fait-on de toutes les recommandations de cet onéreux rapport ? Le seul constat est qu’en matière de pauvreté le gouvernement n’a quasiment pas investi dans les infrastructures de base, en particulier dans l’éducation, le logement et le raccordement à l’eau et à électricité.

Le rapport avait d’ailleurs permis la conception d’un plan intitulé « Stratégie d’investissement humain du Gabon » reposant sur une politique intégrée autour de 4 volets complémentaires à savoir : des « filets sociaux », des activités génératrices de revenus (AGR), le développement de l’accès aux services de base, et le déploiement d’infrastructures d’intégration économique et sociale (en urbain et en rural), mais fort est de constater que le gouvernement partant du ministère chargé du suivi de la Stratégie de l’investissement humain et des Solidarités nationales semble emmener le peuple vers un énième entubage qui n’aura aucun résultat sur la vie des populations

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt