En quittant Libreville la CPI rassure sur son «indépendance» et son «impartialité»

Les enquêteurs de la CPI au ministère de la Communication © Gabonactu

Après 48 heures de collecte plusieurs données, auprès des membres du gouvernement, de l’opposition et de la société civile, en vue d’un examen préliminaire qui permettra éventuellement d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerres et violation des droits de l’homme commis lors des violences qui ont suivi la réélection d’Ali Bongo Ondimba, les émissaires de la Cour pénale internationale ont quitté Libreville.

La mission n’a pour l’heure interpellé personne, mais elle a pu rencontrer des membres de la majorité, de l’opposition, de la société civile, le procureur de la République près le tribunal judiciaire de première instance de Libreville et des diplomates en poste au Gabon.

Le chef de la mission, Emeric Rogier a confié à RFI : «Un bilan très positif. La mission s’est déroulée sans aucune restriction, sans aucune entrave». Pour cet analyste de la CPI le peuple gabonais peut s’assurer que le travail sera «effectué en toute indépendance, et en toute impartialité».

Par ailleurs, la date à laquelle la Coup pénale internationale rendra sa décision d’ouvrir une enquête au Gabon ou pas n’est pas encore connue. : « Il n’y a pas de délai imparti par le statut de Rome pour conclure un examen préliminaire.»; a précisé Emeric Rogier.

Laissez votre avis