En mission à Bangui, sa copine détourne son salaire

© defense.gouv.fr

Les cas d’abus de confiance sont monnaie courante dans le quotidien des gabonais.  C’est donc sans surprise, qu’il a été porté à notre connaissance une situation similaire. C’est à Mouila, chef lieu de la Ngounié, qu’un militaire gabonais de retour de mission en Centrafrique,  s’est vu spolié par sa compagne. Abusé, ce dernier a traîné sa copine devant les autorités compétentes afin que celle-ci réponde de ses actes.

Une sorte de mélodrame qui trouve tout son sens dans les feuilletons télévisés auxquels des milliers de foyers gabonais sont accros. Mais cette-fois, les faits sont réels et l’histoire se joue dans la province de la Ngounié ou une jeune élève aurait décidé de gruger son compagnon militaire parti en mission.

Mouss est cette jeune compatriote,  âgée de 23 ans, inscrite en classe de 2nd au lycée technique Nyonda Makita de Mouila, qui serait en couple avec un militaire envoyé à Bangui dans le cadre d’une mission de maintien de la paix. Selon L’Union, «le soldat raconte qu’avant de voyager il a fait le point avec sa compagne sur l’utilisation par cette dernière,  de son argent en son absence».

C’est donc par cet accord que Mouss devait prélever chaque fin de mois,  du salaire de son homme, 350 000 Fcfa pour des dépenses courantes, et verser le solde dans le compte Airtel money de ce dernier. Malheureusement, à son retour de mission,  le soldat a fait l’amer constat: celui d’un compte Airtel money aussi vide, du moins plus vide, qu’il ne l’avait laissé.

Furieux, il décide donc d’ester sa copine. Celle-ci a justifié ses dépenses abusives par le payement de ses frais d’écolages,  estimés à 500 000 Fcfa, et plus surprenant, comme autre justification, elle a accusé son compagnon de l’avoir empêché de travailler à Olam,  elle a donc «utilisé cet argent pour ses besoins personnelles et sa famille», peut-on lire dans L’Union.

Après avoir été présentée au parquet de Mouila,  la mise en cause a été inculpée pour vol aggravé en numéraire,  abus de confiance et escroquerie. Placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Mouila, elle y attend désormais son procès.

Laissez votre commentaire