Elections 2018: Nzengui Madoungou appelle à sanctionner le candidat PDG

Alfred Nzengui Madoungou tête de liste PDG à l'élection locale à Mimongo © D.R

A quelques heures de la clôture de la campagne électorale entamée le 25 septembre dernier, des tensions semblent plomber l’ambiance du côté du chef- lieu du département de l’Ogoulou à Mimongo. En effet une guerre larvée opposerait le candidat à l’élection législative investi par le Parti démocratique Gabonais (PDG), le Dr Stéphane Germain Ilokko Boussengui à celui des locales Alfred Nzengui Madoungou pour le compte de la même formation politique.



En effet, alors que dans d’autres circonscriptions les candidats PDG affichent leur « unité » pour engranger le maximum de voix lors des scrutins, la situation du côté de Mimongo semble toute autre.  Selon des sources proches du parti au pouvoir, le torchon brûlerait entre la tête de liste investie à la commune de Mimongo Alfred Nzengui Madoungou et le candidat aux législatives au 1er siège du département de l’Ogoulou Stéphane Germain Ilokko Boussengui.

Il est reproché à l’ancien conseiller du président Ali Bongo de mettre des bâtons dans les roues de son camarade du parti. Ainsi, certains proches du candidat aux législatives affirmeraient, que le candidat aux locales aurait invité les populations de sa localité à voter contre le candidat investi pourtant par son parti. « Lors d’une causerie dans un quartier de la commune, il s’est permis d’attaquer le Dr Stéphane Germain Iloko Boussengui, qu’il accuse d’être impopulaire, arrogant et d’avoir freiné le développement de Mimongo  Même refrain au village Moukabou où il a appelé à voter contre le candidat du PDG », s’est offusqué un cadre de cette formation politique dans la localité.

Le candidat qui brigue le fauteuil de maire de la commune  de Mimongo, après sa descente en disgrâce auprès du chef de l’Etat, estime que Stéphane Germain Ilokko Boussengui n’était pas réellement destiné à concourir pour le siège de député. Il serait d’après la même source soutenu, dans cette tentative de déstabilisation du parti, par  le secrétaire général adjoint 1 chargé des Elections Cyriaque Mvourandjiami.

Des révélations qui laissent donc présager un véritable duel au couteau entre membres d’un même parti politique, alors qu’on s’achemine inexorablement vers le vote prévu ce samedi 6 octobre.

Laissez votre commentaire