mardi,19 octobre 2021
AccueilA La UneElections 2018: des manoeuvres frauduleuses du PDG déjà pointées du doigt

Elections 2018: des manoeuvres frauduleuses du PDG déjà pointées du doigt

Ecouter cet article


Alors que doivent s’ouvrir les opérations de vote ce samedi 6 octobre 2018, de nombreuses voix s’élèvent déjà pour dénoncer les manoeuvres frauduleuses du Parti démocratique Gabonais (PDG). Selon des informations recueillies  dans plusieurs circonscriptions du pays, plusieurs représentants des candidats de l’opposition ont été privés d’accréditation pour être présent dans les bureaux de vote.

En effet de nombreux candidats risqueraient d’être privés de représentant dans les bureaux de vote le jour du scrutin. Pour cause plusieurs commissions électorales disséminées à l’intérieur du pays auraient pris la décision de ne pas délivrer d’accréditation aux représentants de certains candidats proches de l’opposition. Une attitude qui selon certains membres de l’opposition serait due aux connivences entre le Centre Gabonais des élections et le parti au pouvoir.  

C’est le cas dans le département de Tsamba Magotsi où les scrutateurs du candidat indépendant Frédéric Massavala  se seraient vu refuser le précieux document. Joints au téléphone par Gabon Media Time, des proches de l’ancien ministre, toujours incarcéré à la prison centrale de Libreville, disent avoir reçu une fin de nonrecevoir par la commission électorale locale qui refuse de leur délivrer des accréditations pour  représenter leur candidat le jour du vote.

Du côté du 1er siège du département de la Djouori-Agnili, à Bongoville, dans la province du Haut-Ogooué  même son de cloche où la commission départementale, dirigée par Lorraine Daisy Kalanga, brille par un favoritisme à l’endroit de la candidate investie par le Parti démocratique Gabonais. Elle aurait notamment refusé de signer les accréditations des représentants des trois candidats, préférant désigner des militants PDG pour représenter les trois challengers. Toute chose qui aurait  contraint Saturnin Odouma, Brigitte Ossibi et Loïc Arnaud Makouka Mouyi à retirer leurs candidatures afin de ne pas participer à cette mascarade programmée.

Ces manoeuvres qui jettent déjà des doutes sur la sincérité du scrutin, ces deux cas n’étant pas des faits isolés, pourraient une fois de plus aboutir à de vives tensions si j’amais les responsables en charge de l’organisation des élections sur l’ensemble du territoire ne se ravisent pas.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop