Election 2018: Madeleine Berre copie le slogan de Jean Gaspard Ntoutoume Ayi

Madeleine Berre reprend le même slogan Jean Gaspard Ntoutoume Ayi © D.R/GMT

Alors que les slogans et affiches de campagne inondent la toile depuis la validation par le Centre gabonais des élections (CGE), des candidatures aux prochaines législatives et locales, la ministre de la Promotion des investissements et des Partenariats public-privé, candidate PDG au premier siège de la commune de Lambaréné vient d’être prise en flagrant délit de plagiat. Bien que les candidats ne soient pas sur la même circonscription électorale, le slogan «Lambaréné, J’y crois » n’est que la pâle copie de « Akanda, j’y crois » de Jean Gaspard Ntoutoume Ayi.

Le porte étendard du Parti démocratique gabonais dans le premier siège de la capitale provinciale du Moyen-Ogooué, par ailleurs ministre de la Promotion des investissements dont le champs de compétence s’étend à la propriété intellectuelle qu’elle est censée protéger à travers l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI) vient de publier son slogan de campagne qui se trouve être identique à celui communiqué par Jean Gaspard Ntoutoume Ayi depuis plusieurs mois.

Alors que le candidat Union nationale-Rassemblement héritage et modernité Jean Gaspard Ntoutoume Ayi affichait déjà le slogan « Le Gabon, j’y crois » lors de ses causeries politiques en prélude aux élections législatives en juillet 2018, puis « Akanda, j’y crois » après l’annonce de la tenue des locales, l’équipe de communication de la candidate PDG n’aurait pas pris le soin de vérifier que ce dernier n’avait pas déjà été utilisé par un autre candidat sur l’étendue du territoire et a donc affiché sur sa page Facebook « Lambaréné, j’y crois » le 14 septembre dernier.

Contacté par la rédaction de Gabon Media Time, le service de communication de la candidate Madeleine Berre a reconnu en pointillés avoir été pris de cours.  « Nous l’avons vu effectivement en août dernier, mais les goodies, les pagnes et les tee-shirts avaient déjà été commandés. Je vais vous mettre en contact avec la responsable communication pour en savoir plus », nous a confié une source proche de la candidate.

Audrey Chancia Mebaley, conseiller du ministre de la Promotion des investissements et des partenariats public-privé qui nous a contacté par la suite a dit être surprise par la proximité des deux slogans tout en reconnaissant n’avoir pas effectué les recherches suffisantes pour s’assurer que sur l’étendue du territoire aucun candidat indépendant ou d’une formation politique adverse ne l’avait utilisé. « (…) Oui c’est peut-être notre erreur de n’avoir pas fait le tour des slogans politiques des autres camps alors que la campagne n’a même pas encore commencé », a-t-elle précisé.

Cette reprise du slogan composé du nom d’une localité suivi du groupe mots « j’y crois » est manifestement un plagiat qui démontre l’incapacité de certains acteurs politiques à créer des messages représentatifs de la vision qu’ils ont pour les localités dont ils briguent les mandats.

Copier chez autrui c’est ignorer ce que l’on veut réellement pour soi ou admettre qu’on a pas mieux à proposer chez soi, que la vision d’un autre. Cela vient  à nouveau poser le sempiternel débat sur la qualité intrinsèque des candidats et des équipes qui les accompagnent. Car nul doute qu’à l’heure de la communication numérique, une équipe de communication avertie aurait pu s’affranchir d’une telle déconvenue.

Laissez votre commentaire