jeudi,29 octobre 2020
Accueil A La Une Education nationale : Mouguiama Daouda annonce une nouvelle réforme du baccalauréat

Education nationale : Mouguiama Daouda annonce une nouvelle réforme du baccalauréat

Le lundi 30 décembre 2019, le ministre de l’Education nationale Patrick Mouguiama Daouda a échangé avec l’ensemble des syndicats de ce secteur à la salle des professeurs du Lycée national Léon Mba pour établir une feuille de route commune en prélude à l’organisation des examens de fin d’année. A cette occasion, les deux parties ont passé au crible l’ensemble des maux qui minent le secteur de l’éducation, non sans évoquer une possible réforme du baccalauréat qui semble à leurs yeux d’un  faible niveau.

C’est en présence de l’ensemble de ses collaborateurs que Patrick Mouguiama Daouda a pris contact avec les syndicats du secteur éducation. Une rencontre au cours de laquelle le membre du gouvernement, en plus de prendre note des doléances de ses partenaires sociaux, a pu faire une série d’annonces visant à redynamiser le secteur de  l’éducation nationale. De l’augmentation des salaires à la construction de nouvelles salles de classe dont le déficit se chiffre à environ 6 000, le nouveau ministre a décidé de prendre à bras le corps les maux qui minent l’éducation. 

Par ailleurs, un accent particulier a été mis sur la réforme du baccalauréat concernant le second tour. Les parties ont collégialement envisagé une définition stricte des modalités du premier tour donnant la possibilité aux admissibles d’être éligibles au second. Ainsi pour Patrick Mouguiama Daouda, il faut revaloriser le Bac gabonais. « La réforme du Bac a été envisagée pour atténuer les effets trompeurs de l’augmentation exponentielle du nombre d’admis au deuxième tour. Ce qui donne toujours une marge trompeuse du niveau réel du Bac», a indiqué le ministre de l’Education nationale en présence des partenaires sociaux.

Poursuivant son propos, le membre du gouvernement a expliqué la portée de cette réforme. En effet, pour lui, cette action vise à « donner un peu plus de poids à la moyenne du premier tour à travers une formule de calcul qui sera prochainement publiée ». Une réforme qui pourrait être saluée par certains observateurs avisés, qui estiment que peu de bacheliers gabonais reflètent le niveau relatif à ce précieux sésame. Il revient donc à présent à se pencher réellement sur la question et de définir des modalités objectives et facilement intégrables à l’aube de la tenue des examens de fin d’année.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion