lundi,4 juillet 2022
AccueilA La UneÉcole nationale de la magistrature: le silence de Ngoulakia face aux tripatouillages...

École nationale de la magistrature: le silence de Ngoulakia face aux tripatouillages d’Antonella Ndembet

Ecouter cet article

Malgré la grogne de la société civile et les dénonciations des étudiants normalement admis à L’Ecole nationale de la magistrature (ENM) en lien avec la fraude qui y a été constatée avec l’ajout insidieux de 75 nouveaux noms, le premier Secrétaire permanent du Conseil supérieur de la magistrature se terre lui aussi, dans un profond mutisme. Un silence étrange de Gilbert Ngoulakia qui semble à son tour cautionner les magouilles d’Erlyne Antonella Ndembet Damas.

Promu juge des juges en sa qualité de Premier Secrétaire permanent du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM), Gilbert Ngoulakia a entre autres pour mission de veiller à un meilleur suivi de la carrière et de la résolution des problèmes des magistrats. Toute chose qui concourt à redorer l’image de la justice et cela passe par la formation des magistrats de qualité. Pourtant, on est loin du compte avec les récentes révélations sur le présumé monnayage des places au sein de L’Ecole nationale de la magistrature. Lequel système aurait conduit le Ministre de la Justice à gonfler la liste des admis alors même que les 170 places disponibles avaient été comblées.

Selon une enquête menée par le Copil citoyen mais également des dénonciations faites par les 170 étudiants normalement admis, « plusieurs ajournés ont été adjoints à la liste finale ». Résultat, les 170 places se sont transformées en 245. Soit un gap de 75 noms. Parmi ces derniers, l’admission abracadabrantesque du sulfureux Wilfried Ogandaga Vissy. L’étudiant inscrit au département de Droit à l’Université Omar Bongo (UOB) avait été recalé au premier tour de l’examen avec moins de 8/20 avant d’être repêché par on ne se quel moyen.

Selon des sources bien renseignées, il s’agirait d’un délégué pour la province de l’Ogooué-Maritime et membre du Bureau national de l’UJPDG, un organe du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir. C’est donc cette posture qui lui aurait ouvert les portes de la fonction de magistrat. Pour sa part, Erlyne Antonella Ndembet Damas a décidé de faire l’autruche. Elle dont le cabinet admet avoir transmis une liste additionnelle sans justifier le choix des 75 nouveaux élèves magistrats. Il revient dès lors à Gilbert Ngoulakia de faire toute la lumière sur cette affaire qui a l’allure d’une bombe à retardement. Nul doute qu’Ali Bongo Ondimba appréciera la gestion de ce scandale par l’ancien Premier président de la Cour des comptes.

Alors, ça vous a plu ? 👍🏾
Pour recevoir les dernières actualités de notre média, inscrivez-vous à notre newsletter Whatsapp.

OUI bien sûr je m'incris

Laisser un commentaire

1 Laisser un commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mouketou
Mouketou
16 jours il y a

Bonjour Media complotiste, arrêté de raconter n’importe quoi et faite du vrai travail de journalisme, c’est à dire regrouper et découper les sources avant d’écrire n’importe quoi. Pourquoi êtes vous passionné à détruire la vie des autres

Lyonnel Mbeng Essone
Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Global Media Time Gif
Pub_Airtel - MEGA PROMO
Pub - Batidays- BATIPLUS
Nouvel Album de l'artiste RODZENG
Enami Shop
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x