Dynamique Unitaire victime d’une «discrimination antisyndicale» orchestrée par Carmen Ndaot

La ministre de l’Industrie et de l’entrepreneuriat national, Carmen Ndaot © D.R

Dans un courrier daté du 16 avril 2018, adressé à la ministre du Travail Carmen Ndaot, Dynamique unitaire (DU), a dénoncé sans langue de bois, le traitement discriminatoire qui leur est volontairement administré, au plus haut niveau de l’État. Tenu à l’écart de nombreuses réunions de concertation, le président du syndicat Rémy Yama a rappelé au gouvernement les fondamentaux des droits de l’Homme, de même que les dispositions du Code de déontologie de la Fonction publique qui proscrivent toute forme de discrimination au sein de l’administration.

Rémy Yama, a rappelé le 16 avril dernier, dans un courrier adressé à la ministre du travail, Carmen Ndaot, «la discrimination antisyndicale» dont est victime la confédération Dynamique unitaire  de la part du Gouvernement.

En effet, le 11 avril dernier, alors que Carmen Ndaot a convié de nombreuses organisations syndicales au cours d’une séance de travail, en vue de préparer les festivités de la fête du Travail du 1er mai prochain, DU n’a reçu aucune invitation. Il en va de même pour la constitution de la délégation gabonaise qui se rendra prochainement à Genève, pour assister aux échanges lors de la Conférence internationale du travail. Cette fois encore, DU ne fera pas entendre sa voix, le syndicat a été encore une fois, mis de côté.

Soucieuse de mettre fin à ces discriminations et devenir enfin une organisation à part entière bénéficiant des mêmes droits que les autres, DU rappelle à la connaissance du ministère du travail, des textes de lois, qui interdisent toutes formes de discriminations, notamment l’article 7 de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) qui dispose que «tous sont égaux devant la loi, et ont droit sans distinction à la protection de la loi», a rappelé Rémy Yama dans son courrier.

Par ailleurs, le Code de déontologie de la Fonction publique, en son article 9, soutient que «l’administration est neutre. Elle ne doit exercer sur ces agents aucun traitement discriminatoire en raison de considérations subjectives», a-t-il poursuivi.

Pourtant, la confédération syndicale dit souffrir «de l’indifférence du gouvernement quant au cahier de charges de Dynamique Unitaire, et à la grève générale déclenchée le 12 mars dernier». Le mouvement en appelle donc à la bienveillance de l’autorité ministérielle afin que cesse cette discrimination.

SI rien n’est fait «Dynamique unitaire se réserve le droit de saisir les juridictions compétentes pour poursuivre le gouvernement via le ministère du travail en justice», en rappelant que la DUDH confère à toute personne «le droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi».  

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire