Dynamique unitaire exige la publication de la liste des «6 617 agents publics présumés fantômes»

Jean Remy Yama , président de Dynamique Unitaire © GMT

En prélude à la grande marche du 13 août 2018, qui a pour objectif de dire non à l’application des mesures d’austérité prises par le gouvernement, la Confédération syndicale Dynamique unitaire a animé un point de presse ce mardi 7 août 2018 à son siège sis à Awendjé. A cette occasion, les syndicalistes ont réaffirmé leur volonté de manifester pacifiquement, tout en exigeant la publication de la liste des «fonctionnaires fantômes» décelés lors de l’opération de distribution de bon de caisse.

Après l’assemblée générale du 2 août dernier, qui a réuni près de 5 000 agents publics affiliés à Dynamique unitaire, au Syndicat des agents du ministère du transport et de l’aviation civile (SAMTAC), Syndicat national de la Fonction publique et de réforme administrative ((SYNAFOPRA), et au Syndicat des professionnels de la communication, il était question de dénoncer une fois de plus les mesures gouvernementales qui tendent à précariser les fonctionnaires gabonais.

Ils ont relevé que ces décisions «s’inscrivent dans un vaste mouvement irréversible de dégradation générale du pouvoir d’achat de tous les travailleurs, donc des ménages» orchestré par le gouvernement.

Pis, cela est visible depuis environ trois ans à travers «l’inflation du coût du carburant à la pompe, du gaz, de l’électricité, des produits alimentaires et autres biens de consommation, la hausse des impôts et taxes directs, les licenciements massifs, l’arrêt de la prise en compte de l’assurance CNAMGS dans les hôpitaux et pharmacies à cause du nonreversement des sommes dues, malgré les prélèvements opérés chez les travailleurs et le patronat, revus à la hausse en 2017».

Par ailleurs, la centrale syndicale a fait remarquer que la situation s’est aggravée depuis le 25 juillet dernier, par la rétention des bons de caisse de 6 617 agents publics et le refus par certains responsables administratifs de signer les attestations spéciales de présence au poste. Face à ces cas de violation manifeste des droits des travailleurs et dans le un soucis de transparence, Dynamique Unitaire, le SAMTAC, le SYNAFOPRA et le SYPROCOM a donc exigé «la publication de la liste des 6 617 agents publics présumés fantômes, décelés lors de la première phase de l’opération de mise sous bon de caisse».

Laissez votre commentaire