mercredi,8 décembre 2021
AccueilDerniers articlesDrame de Port-Gentil : plusieurs pistes évoquées dont celle d'un nganga

Drame de Port-Gentil : plusieurs pistes évoquées dont celle d’un nganga

Ecouter cet article

L’enquête ouverte par la police judiciaire en poste dans la capitale économique commence à révéler peu à peu les mobiles de cette sombre affaire de la mort collective d’une famille d’origine camerounaise dans la ville de Port-Gentil. En effet, Gires Dongmo le frère cadet du père de famille décédé en compagnie de sa femme et de leurs deux enfants, serait revenu sur ses propos en indiquant qu’un « nganga véreux » répondant au nom de Locko Kokou pourrait avoir un lien avec ce fait tragique

Gires Dongmo le petit frère de Jacques Tiomo, décédé mystérieusement en compagnie de sa petite famille, a décidé de donner une nouvelle tournure aux décès de ses nièces, de sa belle-sœur et de son frère aîné. En effet, après avoir évoqué à la suite de la découverte de la scène macabre le lundi 23 mars, une potentielle intoxication alimentaire, ce dernier serait revenu sur son récit après avoir été pressé par les agents de l’antenne provinciale de la police judiciaire à Port-Gentil.  

Durant son audition préliminaire sieur Gires Dongmo aurait indiqué que son frère aîné voyait fréquemment un tradipraticien plus connu sous le nom « nganga » afin de solliciter son aide. Si les premières fois, son aîné serait parti tout seul, Gires Dongmo révèle qu’une fois, toute la famille dont lui avait dû se rendre au quartier Matanda où se situe les locaux du tradithérapeute. Sur place, il aurait appris que son frère serait hanté par des esprits qui écumeraient ses songes avec des menaces de mort. 

Interpellé après avoir entendu le récit de Gires Dongmo, le nganga un beninois du nom de Locko Kokou aurait reconnu avoir reçu à maintes reprises le couple à qui il aurait prescrit un traitement à suivre méticuleusement. Poursuivant ses explications, le tradipraticien admettra que Jacques Tiomo serait revenu lui dire que le traitement n’avait pas eu d’effet. C’est alors que le nganga va lui prescrire à lui seul un médicament. 

Malheureusement la famille sera retrouvée avec tous ses membres morts dans leur maison sauf le petit frère du père de famille. A l’heure actuelle nul ne sait si la potion prescrite avait été ingurgitée encore moins si elle est à l’origine de cette tragédie collective. Les deux hommes sont gardés à vue pour nécessité d’enquête. 

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop