jeudi,29 octobre 2020
Accueil A La Une Dr Guy Patrick Obiang: «La SGTP n’est pas une maison de pompes...

Dr Guy Patrick Obiang: «La SGTP n’est pas une maison de pompes funèbres»

C’est là une sortie qui a le mérite d’être claire et qui lève toute équivoque, toute suspicion et toute confusion sur le procès en atteinte à la dignité humaine fait à la Société générale de transport public (SGTP) dans l’actualité connue de l’opinion comme étant celle de « L’affaire du Docteur Tanguy » décédé du Covid-19 et enterré par une maison de pompes funèbres dans des conditions inhumaines et indignes. Lors du point de presse qu’il tient quotidiennement, le Dr Guy Patrick Obiang Ndong porte-parole du Copil-Coronavirus, interrogé sur le rôle de la SGTP et sur les informations relatives à une prétendue convention entre les deux organismes, l’actuel Secrétaire du ministère de la Santé catégorique, a rassuré l’opinion de ce que la SGTP n’est pas une entreprise de pompes funèbres tout comme elle n’est liée d’aucune façon que ce soit, par un contrat avec le ministère de la Santé. 

La mise en terre à la hussarde et dans des conditions indignes du gynécologue obstétricien Tanguy de Dieu Tchantchou en même temps qu’elle a provoqué une onde de choc, aurait semblet-il également donné l’occasion aux esprits vils et perfides de mettre en branle leur capacité de nuisance pour créer la confusion et l’amalgame dans l’esprit de l’opinion et la conscience sociale. Cette confusion c’est celle qui a prévalu quand la Société gabonaise de transport public a été citée dans l’affaire de l’inhumation du médecin décédé du covid-19. Présentée  à tort comme une maison de pompes funèbres ayant signé avec l’Etat, un contrat de 850 millions de FCFA, cette société de transport vient d’être lavée de tout soupçon par le secrétaire général du ministère de la Santé le Docteur Guy Patrick Obiang Ndong, du reste porte-parole du Copil-Coronavirus. 

Présent comme d’ordinaire ce mardi 28 avril à sa conférence de presse qu’il anime journalièrement, le docteur Guy Patrick Obiang Ndong interrogé par Gabon Media Time sur l’affaire querellée et l’implication de la Société gabonaise de transport public va éclaircir toutes les zones d’ombre sur le procès fait à cette société de transport. « Pour le ministère de la Santé, la SGTP n’est pas reconnue comme une maison de Pompes funèbres au niveau de notre département ministériel. La SGTP est une société de transport, nous avons été surpris de voir un véhicule SGTP procéder à ce transport. Je pense tout simplement que le prestataire a loué la SGTP pour le transport des corps des défunts vers Mindoubé, mais à aucun moment la SGTP, n’est une société de pompes funèbres au Gabon »,  a répondu le porte-parole du Copil-Coronavirus. 

Ces explications du vice-président du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à coronavirus sont d’autant plus avérées et crédibles qu’elles émanent de celui qui est actuellement le secrétaire général du ministère de la Santé. En tant que chef de l’administration de la Santé au Gabon car le ministre n’en est que le responsable politique, le docteur Guy Patrick Obiang Ndong est la personnalité dont la fonction permet de maîtriser tous les opérateurs évoluant dans ce domaine.

Une vue des véhicules de la SGTP © D.R.

En confirmant que le rôle de la Société générale de transport public n’est réduit qu’au transport stricte de la dépouille, le porte-parole du Copil-Coronavirus rejoint la position de la SGTP rencontrée plus tôt par Gabon Media Time. « Notre service se limite uniquement au transport du corps et rien d’autre. Nous n’allons ni soulevé la dépouille ni l’inhumer. SGTP n’a d’ailleurs aucune convention avec l’hôpital encore moins avec le Copil, ni de près ni de loin », nous précisait déjà hier un responsable de ladite société. 

Au terme de cette rencontre avec la Société gabonaise de transport public, la rédaction s’est rendue au ministère de la Santé où un des agents dudit ministère a abondé dans le sens du docteur Guy Patrick Obiang Ndong. Pour ce dernier, la SGTP n’est qu’une « société de transport qui est appelée par les différentes maisons de pompes funèbres Gabosep, Casepga ou Saaf Gabon et les hôpitaux pour déplacer les corps soit de l’hôpital vers la maison des pompes funèbres, ou si elle est à nouveau sollicitée, des pompes funèbres vers les cimetières », a-t-il expliqué avant de conclure que « dans ces circonstances aucun contrat n’a pu être conclu entre l’Etat et la SGTP qui ne peut être appelée que pour une activité qui est complémentaire et non régulière ». 

Poursuivant ses explications,  ce fonctionnaire du ministère de la Santé, qui résolument maîtrise parfaitement le dossier a ajouté :  « Autant l’hôpital peut décider d’appeler Casepga et Casepga, si elle a des véhicules disponibles, va ellemême récupérer les dépouilles. Autant l’hôpital peut dans un autre contexte  appeler Casepga et Casepga sur ce coup, n’a malheureusement pas une voiture disponible et à partir de ce moment, faire recours à SGTP.  Vous voyez qu’il est difficilement envisageable qu’un contrat soit possible dans ce contexte, et donc les montants évoqués ci et là, dont la somme plus de 800 millions tombe véritablement sous le sens », a-t-il poursuivi. 

Ledit fonctionnaire conscient de la sensibilité du contexte dans lequel évolue le pays depuis l’apparition de la Covid-19 au Gabon, a tenu à dénoncer les comportement de certains compatriotes mues par des desseins inavoués de divisions et de délation à l’heure où les autorités recommandent l’union sacrée de toutes les forces vives de la Nation. « Ce sont des allégations qui viennent semer le trouble dans l’opinion alors que le contexte nous impose d’être unis et soudés face cet ennemi invisible qui ne choisit pas de camps et qui ne choisit pas de famille politique », a-t-il regretté. 

Cette sortie du docteur Guy Patrick Obiang Ndong, Secrétaire général du ministère de la Santé par ailleurs porte-parole du Copil-Coronavirus, disonsle sans ambage, lave définitivement la Société générale de transport public (SGTP) de tous soupçons et balaie d’un revers de la main, les commentaires de l’opinion relatifs à une somme faramineuse qu’aurait perçu cette entreprise privée, dont le seul tort est d’avoir mis à la disposition ses véhicules pour transporter et uniquement transporter la dépouille, dans des conditions dignes et décentes, les compatriotes vers leurs dernières demeures.  

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion