Dr Eric Baye: «le nombre de diabétiques au Gabon a triplé en 25 ans»

En médaillon, Dr Eric Augustin Bayé, DG du CHUL © DR/GMT

Du mercredi 28 au vendredi 30 novembre 2018, s’est déroulé à Libreville le 5e Congrès de la Société francophone africaine de diabétologie (SFAD), présidé par le directeur général du Centre hospitalier universitaire de Libreville (Chul), Dr Eric Augustin Baye. Au cours de cette rencontre qui a réuni spécialistes du diabète, médecins, professionnels de santé, plusieurs questions centrales autour de cette maladie ont été évoquées.

Maladie chronique qui ne se guérit pas, mais que l’on peut traiter et contrôler, le diabète est une maladie qui touche pas moins de 425 millions de personnes dans le monde selon les spécialistes. Avec une progression fulgurante dans les pays en voie de développement et notamment en Afrique, cette maladie est devenue en quelques décennies source d’inquiétude pour les gouvernants.

En effet, c’est sur le thème « Le diabète : quels enjeux pour l’Afrique de demain ? », qu’ont débattu les 216 spécialistes et autres professionnels de la santé qui étaient réunis à Libreville. Au cours de cette rencontre, le Dr Eric Augustin Baye, a notamment indiqué qu’au Gabon « le nombre de diabétiques a triplé en 25 ans, passant de 2 à près de 10%. Et si rien n’est fait dans les 20 ans à venir, nous serons à 14 % de diabétiques ».

Résultat de modifications brutales de nos modes de vie, avec notamment la consommation massive de produits importés souvent « trop sucrés, trop salés, trop gras », le diabète touche à ce jour « un Gabonais sur dix » selon le directeur général du CHUL. Considérant que les 2/3 des personnes diabétiques ne sont pas diagnostiquées en Afrique, cette maladie est donc d’autant plus préoccupantes.

Si les diabétiques au Gabon voient le coût de leur traitement être considérablement diminué grâce au système d’assurance maladie universelle représenté par la CNAMGS, cette maladie demeure néanmoins un fléau. À ce jour, l’on estime d’ailleurs qu’une personne meurt du diabète toutes les 6 secondes dans le monde, soit plus que le sida, la tuberculose et la malaria.

Laissez votre commentaire