mardi,26 octobre 2021
AccueilA La UneDistrict de Bikondom: 3 ans de prison ferme pour le préfet et...

District de Bikondom: 3 ans de prison ferme pour le préfet et sa secrétaire

Ecouter cet article

C’est à la faveur d’une audience correctionnelle tenue le 14 avril 2021 que le tribunal de première instance d’Oyem a situé le sous-préfet du district de Bikondom, Dagobert Essono-Nguema et sa secrétaire particulière Nina Mengue-Abessolo sur leur sort. En effet, les deux accusés ont été jugés coupables de faux et complicité de faux en écriture publique puis condamnés à 3 ans de prison ferme assorti d’une amende de 200.000 FCFA.

3 ans et 200.000 FCFA, c’est la peine infligée à Dagobert Essono-Nguema et sa secrétaire particulière Nina Mengue-Abessolo, respectivement Sous-préfet du district de Bikondom et secrétaire particulière pour « faux et complicité de faux en écriture publique » en établissement d’actes de naissance douteux à plusieurs compatriotes et ressortissants camerounais. Une affaire qui a éclaté au début d’année écoulée, faisant ainsi tomber plusieurs têtes de l’administration gabonaise dans le septentrion.

En marge de la condamnation des deux principaux accusés, une bénéficiaire de cette organisation mafieuse est passée à la trappe. En effet, Pricilia Eyang-Assoumou, entendue en qualité de témoin, se serait illustrée par une déclaration mensongère à la barre. Un témoignage qui semblait disculper l’autorité administrative en dépit des aveux du mis en cause. Elle écope donc d’une peine d’un an d’emprisonnement ferme assorti d’une amende de 100.000 FCFA à verser au trésor public. 

Pour sa part, Julie Chantal Abeme-Edzang, secrétaire cantonale d’Ekoreté a pu se dégager de l’étau qui se resserrait sur elle. Après étude méticuleuse des preuves fournies, la Cour de céans a jugé son implication infondée, du fait qu’aucun élément ne permet de la lier à cette affaire. 

Pour le ministère public représenté par Guichard Ndong-Mebale, « le sous-préfet a bradé la souveraineté de notre faux, en établissant les faux actes de naissance à un enfant né à Ambam au Cameroun , et déclaré à Bikondom au Gabon, en connaissance de cause », a déploré le procureur de la République adjoint du parquet d’Oyem.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop