Discours de Jean Ping : Le gouvernement menace et appelle «à la soumission»

Noel Lambert Matha, ministre de l'Intérieur © D.R

Quelques heures seulement après le discours de l’ancien candidat à l’élection présidentielle du 27 août 2016, où il appelait explicitement la population à manifester pour contester la victoire d’Ali Bongo, le gouvernement, par l’entremise du Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et de l’Hygiène Publique chargé de la Décentralisation et du Développement Local, Lambert-Noël Matha n’a pas tardé à réagir à cet appel.

Ainsi, dans un communiqué lu sur les antennes de Gabon Télévision, Lambert-Noël Matha a condamné cette sortie qu’il a jugé grave et qui menace «gravement la paix, la cohésion et l’unité qui fondent notre vivre ensemble».

Égrenant les griefs portés à l’encontre des propos du leader de la Coalition pour la nouvelle République, il a noté que ceux-ci «portent atteinte à l’indivisibilité de notre République; incitent au trouble à l’ordre public; appellent à l’insurrection et à la rébellion; toutes choses aux antipodes des valeurs démocratiques dont il se réclame pourtant».

«Face à ces multiples dérives, et devant la gravité des faits, le Gouvernement de la République garant de la Sécurité des personnes et des biens, entend faire respecter et triompher le droit sur tout autre attitude. C’est pourquoi, à l’endroit de ceux-là qui, commanditaires ou auteurs des faits, seraient tentés de défier l’autorité de l’Etat, en posant ou en perpétrant tout acte répréhensible, le Gouvernement les appelle au ressaisissement, à la soumission aux principes et valeurs qui fondent tout État démocratique, sous peine de voir opposés à eux, les affres de la loi que nul n’est censé ignorer»; a t-il averti.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire