Que dira Jean Ping la semaine prochaine?

Silencieux depuis la dernière grande sortie du Rassemblement Héritage et Modernité au stade de basket d’Awendjé, Jean Ping, ancien candidat à la présidentielle du 27 août 2016 et président de la Coalition pour la nouvelle République, a annoncé ce mercredi, au cours d’une rencontre organisée avec la presse nationale et internationale à sa résidence des Charbonnages, qu’il parlera la semaine prochaine. Mais de quoi sera-t-il question? Telle est la question que se partage l’opinion?

Hier mercredi 21 février 2018, Jean Ping recevait, à sa résidence des Charbonnages, les représentants des organes de la presse nationale et internationale résidant à Libreville. Une rencontre organisée par sa cellule de communication à la tête de laquelle Blanche Simony pour remercier les organes qui accompagnent la Coalition pour la nouvelle république en général et particulièrement Jean Ping par les couvertures médiatiques de leurs activités politiques.

Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, le président de la Coalition a annoncé qu’il parlera la semaine prochaine: «je vais prendre la parole la semaine prochaine», a-t-il déclaré. Non sans préciser qu’il évoquera essentiellement les sujets qui fragilisent la coalition qu’il dirige depuis la dernière élection présidentielle, et surtout les «fortes tensions» ayant conduit la division des membres depuis qu’est entré en jeu le sujet de la participation ou non de cette formation «radicalement» opposé au pouvoir d’Ali Bongo.

«Parfois, les insultes fusent. Vous avez remarqué que les réseaux sociaux, la diaspora et l’opinion publique s’emballent. Même au sein de la Coalition, les débats sont houleux et je ne crois pas que ce débat signifie qu’il n’y a plus d’harmonie au sein de la Coalition, ou qu’elle n’existe plus, c’est aussi cela la démocratie» a indiqué, à propos des divergences qui accablent l’opposition qui l’entoure.

Pour plusieurs observateurs, Jean Ping n’aurait pas de choix que d’être favorable à ces élections. «Entre les membres de son cabinet qui lui disent de ne pas perdre la face en demandant à la Coalition ne pas participer aux législatives et la pression des leaders et des grands partis politiques qui ont soutenu sa candidature à la présidentielle d’août 2016, Jean Ping doit forcément choisir», surtout qu’il annonçait que c’est lui qui organisera ces législatives et non Ali Bongo. Puisqu’il parlera des législatives, pour quel camp penchera-t-il sans risque de faire exploser cette Coalition dont les tensions sont perceptibles à tous les niveaux? «Je vais prendre la semaine prochaine parce que l’opinion et la presse me somment de prendre la parole», a-t-il martelé sans précision.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire