Didier Ovono Ebang: «on ne peut pas se permettre de jouer sans Pierre»

Didier Ovono © D.R

Face aux récentes polémiques entourant la sélection nationale, avec les nouveaux épisodes ayant notamment révélé un manque de cohésion et de communication de la part des dirigeants, nombreuses sont les voix qui s’élèvent. La dernière en date, celle de Didier Ovono Ebang le vice capitaine des Panthères, qui n’a pas mâché ses mots.

Au micro de nos confrères de Gabonallsport, Didier Ovono Ebang gardien de but et vice capitaine des Panthères, est revenu sur les récents épisodes qui ont émaillé la vie des Panthères. Ainsi, de la nomination de Daniel Cousin, à « l’affaire de l’avion », en passant par les déclarations de certains dirigeants qui remettent en cause l’implication de Pierre Emerick Aubameyang, « l’ancien » de la tanière s’est exprimé.

En effet, c’est un Didier Ovono Ebang lucide sur la situation actuel des Panthères qui a tenu à remettre un peu d’ordre dans la tanière. Revenant tout d’abord sur la qualification pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN), il a indiqué « On a réussi à ramener le public au stade car beaucoup n’y croyaient plus, on a fait un grand pas, on a récupéré notre destin et pour aller à la Can, il nous faut gagner contre le Mali et faire un bon résultat au Burundi ».

Ensuite, concernant le néo-sélectionneur avec qui il a évolué sous les couleurs des Panthères des années durant, le portier de la sélection a indiqué « on a gagné un sélectionneur qui connaît ses joueurs. Son discours a été fluide, il savait ce qu’il voulait et nous avons tous adhéré à ce discours ». Ces propos du plus capé de la sélection a l’heure actuelle, confortent donc le choix porté sur Daniel Cousin.

S’agissant de l’épineux cas Aubameyang, le portier a tranché dans le vif, en soulignant tout comme Rémy Ebanega « Pierre est dans une logique de mettre tout le monde face à ses responsabilités (…) Il a raison et moi je le soutiens. On a des conditions exceptionnelles en Europe. On ne demande pas les mêmes mais pour la sécurité des joueurs, juste le minimum ». Des propos marquant le ressenti de tout joueur évoluant en Europe et jouant pour la sélection.

Il a donc poursuivi en en affirmant que « Pierre a fait beaucoup de concessions. Il est venu jouer pour son pays malgré tout ce qui s’est dit (…) on ne peut pas se permettre de jouer sans Pierre. C’est vraiment 60% de l’équipe ». Autant de propos qui tendent à remettre les choses dans leur contexte, à l’heure ou les dirigeants veulent faire porter le poids de leur incompétence, à un joueur qui donne tout sous le maillot vert jaune et bleu malgré des conditions déplorables.

Laissez votre commentaire