Dialogue national inclusif / Bruno Ben Moubamba : « une cérémonie de sorcellerie politique»

Dans une déclaration publiée sur son compte officiel ce vendredi 17 février, le vice-Premier ministre, ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement, Bruno Ben Moubamba, s’est exprimé sur la préparation du dialogue national inclusif voulu par Ali Bongo. Il a fustigé la tournure que prend les travaux de la Commission ad-hoc qui s’apparente à un Comité central du Parti démocratique gabonais.

Prenant une nouvelle fois à contre pied la position du gouvernement auquel il appartient pourtant, il s’est dit «stupéfait de la colonisation du débat national par les barons du système PDG», estimant que les personnalités politiques présentes dans la Commission ad-hoc mis en place par le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet sont pour la plupart issue du Parti démocratique gabonais; ce qui fausserait de ce fait les enjeux de ces futures assises.

Par ailleurs, il se questionne sur le renouvellement de la classe politique, « Où sont les jeunes ? Où est le renouveau de l’élite politique du pays ? La question mériterait d’être posée tant le début du Dialogue national apparaît si ridicule qu’on se demande si ce n’est pas un remake des Accords de Paris de 1990 » s’est-il demandé.

Bruno Ben Moubamba, qui ne cesse de multiplier les sorties fracassantes, parfois contre le gouvernement dont il est le Vice-premier ministre a martelé qu’il n’a « pas envie d’assister à une cérémonie de sorcellerie politique » parlant du dialogue national qui a pour objectif d’apaiser le climat sociopolitique tendu depuis l’élection présidentielle du 27 août 2016.

Laissez votre avis