Dette intérieure: La CPG propose le rachat par une banque

© D.R

Dans le cadre du renforcement du dialogue public-privé, le chef du Gouvernement Emmanuel Issoze Ngondet s’est entretenu le mercredi 11 avril dernier, avec le bureau exécutif de la Confédération patronale gabonaise (CPG) conduit par son président Alain Bâ Oumar. Au menu de cette rencontre, l’organisation patronale avait à coeur de soumettre des propositions en vue de l’apurement de la dette intérieure.

Lors de cette rencontre, à laquelle prenaient part la ministre en charge des Investissements, Madeleine Berre, et la ministre déléguée à l’Economie, Edwige Betha Essoukou, le patronat a présenté au gouvernement une solution de financement du deuxième volet du plan d’apurement de la dette intérieure portant sur un montant de 150 milliards de Fcfa.

Pour le patronat gabonais ce plan aura pour base un emprunt auprès de Citibank estimé à plusieurs milliards de Fcfa. Ces milliards porteront sur «le paiement cash» et sur la TVA pour laquelle, les entreprises «sollicitent une généralisation des compensations fiscales», afin d’alléger leurs charges et leurs bilans.

Répondant à ses interlocuteurs, Emmanuel Issoze Ngondet s’est dit prompt au dialogue avec le secteur privé, mais il a rappelé que toutes les questions relatives aux efforts, au traitement et au remboursement global de la dette intérieure sont débattues dans un cadre tripartite en l’occurrence entre la direction générale du budget, la direction générale de la dette et la CPG. Avant d’ajouter que le traitement de l’apurement en cours de la dette intérieure est en accord avec le Club de Libreville.

Par ailleurs, Emmanuel Issoze Ngondet a réaffirmé la volonté de son gouvernement d’accélérer le traitement de la dette publique, toute chose qui devrait permettre à terme de restaurer la confiance dans le milieu des affaires, d’améliorer la compétitivité du pays et de favoriser la création d’emplois.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire