mardi,26 janvier 2021
Accueil A La Une Destruction du pré-scolaire de Lalala: Mouguiama Daouda médecin après la mort ?

Destruction du pré-scolaire de Lalala: Mouguiama Daouda médecin après la mort ?

Il aura fallu une semaine pour que le ministre de l’Éducation nationale, chargé de la Formation civique, Patrick Mouguiama-Daouda daigne se rendre au Centre préscolaire de Lalala récemment détruit. Une visite du membre du gouvernement qui fait malheureusement office de « médecin après la mort » après le tollé qu’avait suscité la destruction de cet établissement en pleine année scolaire. 

Le ministre de l’Éducation nationale, chargé de la Formation civique, Patrick Mouguiama-Daouda, s’est rendu au quartier Lalala dans le 5 ème arrondissement de la commune de Libreville. Selon une source proche dudit ministère,le membre du gouvernement a voulu s’enquérir de l’effectivité de la mesure de réorientation des apprenants dont l’établissement a été détruit le 30 décembre dernier, dans les écoles publiques de Class et Lalala.

À cette occasion, le Pr. Patrick Mouguiama Daouda a annoncé désormais travailler en étroite collaboration avec les municipalités pour que ce type d’événement ne se reproduise plus. « C’est un centre préscolaire appartenant à la municipalité qui a été détruit par un acte ignoble. Nous envisageons de travailler davantage avec les collectivités locales et, donc, les municipalités pour faire en sorte que le système éducatif soit pris en charge par l’État et par elles. C’est un système qui est perceptible ailleurs et il fonctionne bien », a-t-il souligné.

Si ce modèle de fonctionnement gouvernement-municipalité fait naître beaucoup d’espoir dans la gestion de la chose publique, il n’en demeure pas moins que cette énième sortie du membre du gouvernement s’assimile à un « trompe l’oeil ». Et ce, d’autant plus qu’il n’est aucunement fait mention d’une quelconque procédure à l’encontre de ce « presumé Libanais» qui a causé un préjudice réparable à cette jeunesse dite « sacrée » au nom d’un intérêt particulier. 

Pis, le Pr. Patrick Mouguiama Daouda semble avoir trouvé la solution en déplaçant les 164 élèves vers des établissements scolaires primaires déjà pléthoriques. Autant dire qu’il ne se dégage aucune volonté manifeste de résoudre ce problème de faible capacité d’accueil au sein des écoles publiques. Une semaine après la destruction de l’école pré-primaire de Lalala, le gouvernement a décidé de jouer une fois de plus la carte de la figuration. 

Laissez votre commentaire

Bestheinfusion