Destruction des cultures vivrières par les éléphants : L’ANPN rassure les populations

© le-gabon.net

Les représentants de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) ont échangé avec les populations de Mokeko dans le but de calmer leur colère née des multiples destructions de leurs cultures vivrières par des éléphants; comme nous rapporte le site Le Nouveau Gabon.

La question de l’invasion des éléphants dans les plantations des populations de Mokeko près du parc de la Lope (Ogooué-Ivindo) était au coeur d’une descente de terrain de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN). L’organisme en charge de la gestion des parcs nationaux est allé rassurer les populations de cette localité sur l’immixtion des pachydermes dans leur plantation. Une situation qui soulevait le courroux des agriculteurs vivant aux alentours du parc de la Lopé, qui n’a pas fini de faire des mécontents.

Excédées par la dévastation de leurs cultures et, dans le but d’assurer la préservation de leurs biens, les populations s’étaient résolus à enfreindre les règles de sécurisation, parfois drastiques, instaurées par l’ANPN, se livrant ainsi à des opérations de représailles contre les éléphants et les gros singes.
Selon les habitants de la région du parc de la Lopé, la destruction des cultures, pourrait conduire à une situation de famine dans la région, si l’ANPN ne consacre pas suffisamment de moyens pour compenser les pertes subies par les populations.

C’est donc cette préoccupation qui a contraint l’ANPN à porter le message d’apaisement aux populations et surtout les rassurer sur la prise en compte des leurs doléances; Car, au delà de l’aide envisagée, les communautés souhaitent également être dédommagées pour ce préjudice. Pour ce faire, des discussions sont en cours entre les autorités et les victimes.

Laissez votre avis