Désiré Guedon au centre d’une affaire de détournement de fonds ?

C’est l’interrogation soulevée par l’hebdomadaire La Loupe dans sa parution numéro 309 du mardi 3 janvier 2017.  Laquelle fait suite notamment aux révélations d’un proche conseiller d’Ali Bongo, Hervé Patrick Opiangah, dans un entretien accordé au quotidien l’Union il y a quelques semaines. Dans cette interview il accusait nommément, « Magloire Ngambia, Désiré Guedon et Etienne Ngoubou…comme responsables de détournement de fonds dans la réalisation de nombreux projets d’habitat et d’hydroélectrique », nous rapporte La Loupe.

GABON LIBREVILLE

Alors qu’il vient d’être nommé au poste de secrétaire général de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Désiré Guedon, devra-t-il faire face à un scandale financier ? En effet, dans les colonnes de L’Union Hervé Patrick Opiangah, accuse celui-ci d’être au centre d’une affaire de détournement de fonds destiné au financement des projets d’adduction d’eau. « En 2012, alors ministre de l’Energie, Désiré Guedon avait la lourde charge de faire construire des infrastructures hydroélectriques dans de nombreuses localités du pays. Entre autres projets, la construction à Ntoum d’usine de production d’eau potable pour la ville de Libreville ; la construction d’une microcentrale hydroélectrique de 1,40 MW à Malinga ; la construction d’une microcentrale hydroélectrique de 0,450 MW à Iboundji…en somme, près de six marchés pour un montant global de 58 215 496 745 de Fcfa. », soulignent nos confrères.

Par ailleurs, « les plus de 58 milliards vont être bloqués par le trésor public. Les différents marchés vont être confiés à la société espagnole Acciona. Malheureusement, sur le terrain, la quasi-totalité des projets ne sont jusqu’à ce jour réalisés » poursuit La Loupe. Et pour « preuve que le financement décaissé par l’Etat gabonais n’a jamais été utilisé à ces fins. Le 22 mai 2014, Désiré Guedon, dans une correspondance adressée au secrétaire d’Etat au Commerce du royaume d’Espagne, sollicite à nouveau des financements pour les projets précités ».

Une situation ubuesque qui vient donner donc tout son sens à la sortie tonitruante, d’Hervé Patrick Opiangah. Il révèle notamment « au sujet du problème d’adduction d’eau pour ravitailler Libreville, Ntoum et autres, plus de 110 milliards de francs ont été décaissés du temps de Désiré Guedon et Etienne Ngoubou. S’ils ont échoué, c’est à eux, ainsi que les autres ministres financiers de l’époque de rendre des comptes ».

Au-delà de ces révélations fracassantes, qui devraient interpeller, l’ensemble des organes ayant pour mission de mener des investigations sur ce type d’affaire, La loupe s’interroge si celle-ci ne vient pas mettre en lumière « la pagaille orchestrée au plus haut sommet de l’Etat », et sur l’impression que « les supposés détourneurs sont chaque jour récompensé » comme c’est le cas avec la nomination de Désiré Guedon.

Laissez votre commentaire