Des magistrats empêchent la tenue d’une audience correctionnelle

De nouveau en grève depuis le mercredi 17 mai dernier, le Syndicat national des magistrats du Gabon (Synamag) avait décidé de suspendre toutes les audiences publiques pour ne limiter le travail qu’aux audiences en cabinets et aux délibérations.

Le mercredi dernier alors qu’il présidait son audience correctionnelle, le président de séance a été sommé d’arrêter son office, les prévenus et les justiciables priés quitter la salle. Il est midi lorsqu’un groupe de magistrats vêtus de leur toge, l’un d’eux tenait un mégaphone et l’autre un objet sonore assourdissant. L’audience interrompue a été renvoyée sini die.

«Veuillez quitter la salle, nous faisons grève et avons décidé de ne tenir aucune audience publique, jusqu’à nouvel ordre», pendant que la sonnette retentissait, les gardes pénitentiaires canalisaient les prenenus pour qu’ils ne se mêlent pas aux justiciables venus assister à l’audience. La salle s’est ensuite vidé au bout d’un quart d’heure.

Fustigeant l’attitude du gouvernement, le président du Synamag, Germain Nguema Ella, précisait au cours de sa déclaration qu’«aucune autre expression ne peut exprimer le désintérêt ainsi affiché par les autorités si ce n’est que (leur) tolérance semble avoir été prise pour de la faiblesse.»

Le mot d’ordre du Synamag reste donc qu’«au cours de la suspension de travail, un service minimum sera limité aux audiences en cabinets et délibérations». A suivre…

Laissez votre avis

Publicité