Des cultivateurs de chanvres indiens appréhendés à Makokou

© Crédit Photos union.sonapresse

Nul n’est censé ignorer la loi pourrait-on lancer à l’endroit de ces compatriotes qui semble t-il n’étaient pas au fait de la législation en vigueur en matière de trafic de stupéfiant. Fait marquant ces derniers s’étaient investis dans la culture de cannabis communément appelé chanvre indien, une histoire qui nous est rapportée par le site web du quotidien L’Union.



Les présumés cultivateurs, Alfred Epebadi, 38 ans et Nelson Abe B’Emane, 52 ans, sont aux arrêts à la prison de Makokou depuis le 25 janvier dernier. Un autre présumé dealer, U. Y. A., 21 ans, élève dans un lycée de la localité a, quant à lui, bénéficié d’une liberté provisoire, en attendant sa comparution devant les juges.

Les agents de l’antenne de l’Office central de lutte anti-drogue (Oclad) de Makokou qui s’attèlent à démanteler les différents réseaux d’approvisionnement du chanvre indien dans la capitale ogivinne et ses environs, ont eu vent des activités délictueux d’Alfred Epebadi, habitant d’Etakanyabe, qui possédait tout un champ de cannabis dans son village natal. Un avantage pour lui puisqu’une fois les chènevis arrivés à maturité, le planteur n’éprouvait aucune difficulté à les écouler, sous différentes formes, notamment celle des bonbons, auprès de ses clients.

C’est justement dans ces petits emballages que Nelson Abe B’Emane aurait obtenu sa commande du stupéfiant. Malheureusement, les Officiers de police judiciaire (OPJ) qui surveillaient ses faits et gestes ont mis la main sur lui, au moment de la transaction, conduisant ainsi à l’interpellation d’Alfred Epebadi et à la découverte de sa plantation.

Laissez votre commentaire