Dépôt d’une plainte contre Ali Bongo pour haute trahison  

Nicolas Nguema et Fortuné Edou Essono portent plainte contre Ali Bongo pour haute trahison © GMT

Dans un courrier adressé à Marie Mbanza Bagny, procureur général près la Cour de Cassation en qualité de procureur général près la Haute Cour de Justice, déposé en son cabinet le 19 janvier 2018, Nicolas Nguema et Fortuné Edou Essono, ont sollicité  la mise en accusation d’Ali Bongo pour haute trahison et sa traduction devant la Haute Cour de Justice conformément aux dispositions en vigueur en République Gabonaise.

Dans leur plainte contre le Chef de l’Etat, déposée auprès du procureur général près la Haute Cour de Justice, Nicolas Nguema, 4ème vice-président du parti Union et Solidarité et Fortuné Edou Essono, coordinateur Union nationale du 3ème arrondissement de LIbreville, ont d’abord rappelé leur qualité à agir conformément à la Constitution.

Par ailleurs, ils ont révélé les faits qui fondent leur action. Pour les requérants, lors de la crise post-électorale «Ali Bongo a détourné l’armée de sa fonction première».  Ils l’accusent d’avoir orchestré «dans la nuit du 31 août 2016 aux alentours de vingt trois heures une attaque contre le QG du candidat à l’élection présidentielle Mr. Jean Ping une attaque menée par la garde républicaine lourdement armée».

En outre, Nicolas Nguema et Fortuné Edou Essono s’appuient également sur un documentaire à charge diffusé le jeudi 6 juillet 2017 sur la chaîne de télévision publique française France 2 qui faisait état d’une redevance accordée à la famille Bongo depuis plus de 40 ans  à  hauteur de 18% des recettes pétrolières de notre pays, ainsi que de la participation dans de multiples sociétés de la place de la famille Bongo par le biais d’une société dénommée Delta Synergie.

Face à tous ces griefs, les saisissants estiment qu’ils sont de nature à traduire le président Ali Bongo Ondimba devant la Haute Cour de Justice pour crime de haute trahison.

Laissez votre commentaire