Dépigmentation : les hommes s’y mettent aussi

La dépigmentation est un phénomène très en vogue dans notre société, et dont l’ultime but est la recherche effrénée d’une peau plus claire. Très répandu chez la gente féminine, qui y voit un moyen de parfaire leur beauté, le phénomène semble désormais se répandre chez certains hommes. Comment arrêter ce phénomène qualifié de dévastateur dans une société où le désir de se changer la peau est devenu presque endémique? De quoi relancer le débat sur une pratique qui s’étend de manière sournoise et insoupçonnée.

La depigmentation est la volonté que certains individus, hommes ou femmes, ont de changer la couleur de leur peau. Selon khaly Niang sociologue. «Notre particularité culturelle représente un atout majeur, dans le domaine cosmétique pour l’occident .Mais cette facette ne durera pas longtemps quand bien même nous sommes sur le marché de la concurrence , et nous faisons face à une modernisation dévastatrice»; explique t-elle.

La question de la dépigmentation fait couler beaucoup d’encre et de salive . En effet, la dépigmentation de la peau serait méconnue des société traditionnelles gabonaises, qui mettaient plus en exergue la beauté intérieure et la primauté des valeurs. Or, aujourd’hui , elle est un phénomène de mode. Alors qu’on pensait cette mode exclusivement féminine, la gente masculine semble également s’y mettre.

Tous les témoignages sur ce phénomène s’accordent sur des motivations esthétiques, c’est à dire l’effet de mode ;le désir d’être belle;l’imitation des personnes de l’entourage et plus encore l’influence des membres de la famille.

En outre , la pratique de la depigmentation qui relevait exclusivement des femmes est devenue aussi une activité masculine de nos jours. L’usage des produits éclaircissants chez les hommes est d’autant plus dramatique, car ces derniers ne maîtrisent pas souvent le modus operandi utilisés par la gente féminine.

De manière globale, des études récentes ont démontré que la dépigmentation pouvait avoir une incidence sur la santé. Il augmente notamment les risques d’hypertension , de diabète  et de cancer de la peau . Les produits utilisés sont potentiellement toxiques puisqu’on retrouve des substances telles que le corticoïde ou l’hydroquinone.

Sur le plan légal, rien n’est entrepris par les autorités pour stopper ce phénomène, aucune réglementation par exemple n’a été envisagé contre la publicités de ces produits. Une implication totale des autorités sanitaires pour prohiber l’usage des médicaments à des fins cosmétiques  serait dès lors la bienvenue. il serait également nécessaire de sensibiliser les citoyens sur cette question de santé publique.

Laissez votre commentaire