jeudi,22 octobre 2020
Accueil A La Une Dépénalisation de l’Homosexualité: un tournant civilisationnel qui impose un référendum selon Nzouba...

Dépénalisation de l’Homosexualité: un tournant civilisationnel qui impose un référendum selon Nzouba Ndama

C’est par le biais d’un point de presse tenu au siège de son parti que le président de la formation politique Les Démocrates qui jusquelà avait gardé le silence s’est exprimé sur la question de la dépénalisation de l’homosexualité adoptée par les représentations nationales. Pour Guy Nzouba Ndama, le Gabon ne saurait opérer une telle mutation sociétale qui contrevient aux valeurs traditionnelles défendues par notre Loi fondamentale sans consulter les Gabonais dans leur entièreté. C’est le fondement de sa démarche qui impose selon lui, l’organisation d’un référendum. 

C’est une question qui n’a pas fini de faire réagir le landerneau politique gabonais. Cette question c’est celle de la dépénalisation de l’homosexualité symbolisée par le retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 de la loi 042/2018 portant Code pénal incriminant l’homosexualité. 

Ce mardi 7 juillet 2020 à son siège sis au bas de Gué-Gué dans le 1er arrondissement de la commune de Libreville c’est au tour du président de la formation politique  Les Démocrates Guy Nzouba Ndama de se lever contre cette dépénalisation au regard des valeurs traditionnelles défendues par la Constitution gabonaise protégées dans son préambule par son alinéa 3 qui dispose que « (Le peuple…) Proclame solennellement son attachement à ses valeurs sociales profondes et traditionnelles, à son patrimoine culturel, matériel et spirituel. », a-t-il rappelé. 

C’est justement au regard de cette Loi fondamentale et au nom de son inclination aux valeurs morales de la société que l’ancien président de l’Assemblée nationale a déclaré. « Compte tenu des croyances religieuses, les us et coutumes auxquels nous sommes attachés, nous considérons en conséquence que la dépénalisation de l’homosexualité est un véritable tournant civilisationnel que le Gouvernement nous impose ». 

C’est en cette occurrence qu’il est impérieusement nécessaire parce que la question de la dépénalisation de l’homosexualité implique toutes les couches de la société gabonaise, et avec elle son héritage de demain, que Guy Nzouba Ndama a exigé que soit organisée une consultation nationale. « Devant la gravité historique d’un tel tournant, synonyme de renoncement à nos valeurs ancestrales, la question aurait dû mériter au minimum un grand débat national, au mieux un référendum pour jauger l’état d’esprit du peuple gabonais ». 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt